Gad Elmaleh accusé de plagiat : Mea-culpa et contre-attaque… Retour sur six mois de tremblements

HUMOUR L’humoriste est revenu sur les accusations de plagiat pour « Le Parisien » et ne les a pas démenties

L. B.

— 

L'humoriste et acteur français Gad Elmaleh au Festival de Cannes en mai 2019.
L'humoriste et acteur français Gad Elmaleh au Festival de Cannes en mai 2019. — Alberto PIZZOLI / AFP
  • Gad Elmaleh reconnaît « une partie de vrai » dans les accusations de plagiat.
  • En janvier dernier, CopyComic a publié deux vidéos qui l’accusent d’avoir volé des vannes de nombreux comiques américains.
  • Dans la foulée, Gad Elmaleh a été banni d’une salle de spectacle de Montréal.

Après plusieurs mois de mauvaise foi et de contre-attaque pour tenter de démasquer CopyComic, Gad Elmaleh reconnaît « une partie de vrai » dans les accusations de plagiat. Depuis novembre 2017, l’auteur de la chaîne YouTube CopyComic Videos expose les comiques qui ont volé des blagues à d’autres. Pour les plus connus, Tomer Sisley a repris les vannes d’une vingtaine d’humoristes américains, Jamel Debbouze s’est approprié le sketch de Dave Chappelle sur le cambriolage en 2004, et Gad Elmaleh a copié Jerry Seinfeld en 2005…

Interrogé mardi par Le Parisien sur les accusations contre lui, l’humoriste a confié les « avoir mal vécues, parce que c’était très violent, excessif et démesuré par rapport à ce qu’il y a de vrai. » Retour sur plus de six mois de tourments pour l’interprète de Chouchou.

Janvier 2019 : Plagiat et bannissement à Montréal

Après avoir fait trembler le milieu du stand-up en épinglant Tomer Sisley, Rémi Gaillard et Roland Magdane, CopyComic a frappé fort en janvier dernier avec deux vidéos sur les vannes de Gad Elmaleh. Le vengeur masqué de l’humour a montré des similitudes importantes entre certains sketches de Gad Elmaleh et d’autres humoristes, souvent anglo-saxons comme Louis CK et son idole, Jerry Seinfeld. A la suite de cette vidéo, une salle de spectacle de Montréal, le Bordel Comédie Club, a décidé « de bannir l’humoriste Gad Elmaleh de sa liste d’invités ».

14 février 2018 : Une réponse dans la peau de Chouchou

Le comédien a répliqué dans une vidéo, sous les traits de son personnage fétiche Chouchou… en évitant bien de répondre sur le fond. « Salut mes amours, coucou mes emmerdes », lance Chouchou dans la vidéo. En peignoir sur son canapé, il n’y va pas par quatre chemins : « On va aller cash sur table. Le plagiat, alors ? S’il y a une personne qui doit s’insurger qu’on l’a plagié, c’est Chouchou ! On a pris ma manière de parler, de bouger, de réfléchir, de m’exercer, de me mouvoir », poursuit-il avant de s’attaquer aux hargneux sur Internet.

La même semaine, Gad Elmaleh a répondu aux accusations dans Quotidien. « Dire que je m’inspire de Jerry Seinfeld, c’est, comme dirait un politique s’il était là, "c’est un secret de polichinelle". C’est absurde (…) Est-ce que je me suis inspiré de Jerry Seinfeld ? Et ces 20 secondes de ça, j’ai envie de dire que ce n’est rien à côté de ce que je lui prends tous les jours. Je lui prends des heures entières d’inspiration », s’est-il justifié avant de mettre en cause Air France qui « a plagié American Airlines ». Il a expliqué que cette polémique ne lui a fait ni chaud ni froid, car « [Jerry Seinfeld], c’est [son] pote ». Ils écrivent désormais ensemble.

Fin février 2019 : Coup de pression de Gad Elmaleh

Gad Elmaleh a fait supprimer deux vidéos signée CopyComic sur Twitter au nom des droits d’auteur. « Soupçonné de piller le travail d’autres artistes, plutôt que de répondre sur le fond, tu préfères lancer tes avocats contre moi », s’était agacé le youtubeur anonyme. Dans un mail envoyé aux médias, ce dernier dénonce la procédure et le « rapport de force abusif » de la part de Gad Elmaleh. Le comble de la situation, ajoute-t-il, est que « nous avons donc ici le plus célèbre humoriste français qui fait censurer des vidéos sur Twitter en utilisant le droit d’auteur qu’il lui est reproché ne pas avoir respecté. »

Il a également expliqué que les avocats de l’humoriste auraient demandé au réseau social de révéler son identité. « Cette demande est assez surprenante, tant mon identité n’est en rien liée à l’infraction précédente et qu’il est improbable qu’on me condamne pour infraction aux droits d’auteur ici. En quoi connaître mon identité lui serait utile ? A part pour une volonté toute personnelle », a-t-il écrit.

Avril 2019 : Une défense fragile sur Europe 1

Quelques mois plus tard, il s'est à nouveau défendu, sur Europe 1, estimant que les sketchs étaient basés sur des « observations qui n’appartiennent à personne ». « J’ai commencé ma carrière en 1995 avec un sketch qui s’appelait La chèvre de monsieur Seguin, c’était l’idée de la parodie, je ne sais plus qui l’a écrit (rires) mais c’était mon regard », a-t-il rétorqué. « Avec un ami, on parlait d’observations populaires qui sont présentes dans nos vies, par exemple, c’est les prémices d’un bout comique en stand up, quand vous faites chauffer un plat au micro-ondes, au bout de quatre minutes vous le ressortez, le plat est brûlant et l’intérieur est froid. Ce n’est pas une invention. C’est un point de départ pour écrire un petit sketch », a-t-il détaillé.

« Dans notre entourage proche, on a compté 14 ou 15 humoristes, entre des Français, des Anglais, des Ecossais qui avaient la même observation. Ce n’est pas la même vanne, c’est une observation qui n’appartient à personne », a martelé l’humoriste.

Juillet 2019 : Le sketch du blond plagié ?

Et le blond dans tout ça ? On y vient… Sous le titre jeu de mots « Gad et le malaise », Society a consacré sa une aux accusations de plagiat. « Ils sont plusieurs, sur Internet mais aussi IRL, de Casablanca à Montréal, célèbres et anonymes, à soupçonner ou accuser l’humoriste de leur avoir volé des vannes, écrit le magazine sur Twitter. On est allé les voir. Et ils ne rigolent pas trop avec ça. » Le témoignage le plus parlant, et jusqu’alors inédit, est celui de  Kamel Bennafla, humoriste de 62 ans, qui accuse Gad Elmaleh de lui avoir volé son sketch du « blond ». Soit l’un de ses personnages les plus connus. Pas de réponse sur cette affaire…

Septembre 2019 : L’heure des confessions

Il aura fallu plus de six mois pour l’entendre reconnaître les faits. Interrogé par Le Parisien, Gad Elmaleh a raconté avoir mal vécu les accusations « parce que c’était très violent, excessif et démesuré par rapport à ce qu’il y a de vrai. Il y avait un fond de hargne, une volonté de nuire… Personne n’a envie d’être affiché dans la presse comme quelqu’un qui a volé ». « Je me suis braqué. Alors là, tu n’es plus aussi cool que je le suis aujourd’hui face à vous, pour vous dire : oui, je me suis inspiré de gars, oui, j’ai chopé ça. Voilà, au moment où le stand-up arrivait, avec ma génération, on s’est inspiré des Américains… », a-t-il souligné.

« Peut-être, admet-il, qu’on a été à la facilité, en s’inspirant des techniques de vannes, des chutes, des punchlines des Américains ». « Je me suis inspiré d’eux. OK, d’accord. Qu’est-ce qu’il faut faire ? Est-ce qu’il y a un confessionnal pour humoristes ? », ajoute-t-il. « 1 minute 30 de show sur vingt ou trente heures de spectacles que j’ai faits dans ma vie, ça ne résume pas ma carrière ». Convaincus ?