Le stade Jean-Bouin, à Paris.
Le stade Jean-Bouin, à Paris. — BALEYDIER/SIPA

PARIS

Report du festival Révolution à Paris : « Le 16e doit être un arrondissement métissé, comme tous les autres ! »

Frédéric Hocquard, adjoint à la maire de Paris, en charge de la vie nocturne et de la diversité de l’économie culturelle, a répondu aux questions de « 20 Minutes »

  • Ce week-end, devait se tenir la première édition du festival hip-hop Révolution, au cœur du stade Jean Bouin, avec des artistes comme Assassin, Kaaris ou encore Fianso.
  • A la suite d’une assignation du TGI de Paris par une association de riverains, inquiets d’éventuelles nuisances sonores, les organisateurs avaient pris la décision de reporter l’événement à l’été prochain.
  • Pour Frédéric Hocquard, adjoint à la maire de Paris en charge de la vie nocturne, le report de ce festival de hip-hop découle d’un « racisme culturel ».

Le 16e, le nouveau Brooklyn ? Pas avant 2020… Ce week-end, devait se tenir la première édition du festival hip-hop Révolution, au cœur du stade Jean-Bouin, avec des artistes comme Assassin, Kaaris ou encore Fianso. Mais à la suite d’une assignation du TGI de Paris par une association de riverains, inquiets d’éventuelles nuisances sonores, les organisateurs avaient pris la décision mi-septembre de reporter l’événement à l’été prochain, soucieux de « désamorcer la situation ». 

« Comme vous avez pu le constater il est compliqué d’organiser de manière indépendante un festival de grande envergure qui célèbre les cultures urbaines », commentaient notamment les organisateurs du festival dans un communiqué. Compliqué en effet, et en particulier dans le très (trop ?) calme 16e arrondissement ? Frédéric Hocquard, adjoint à la maire de Paris en charge de la vie nocturne et de la diversité de l’économie culturelle, qui voit dans cette histoire l’émanation d'un « racisme culturel », a répondu aux questions de 20 Minutes.

Quelle est la raison de la crispation des riverains selon vous : des nuisances sonores ou un genre musical bien précis ?

Je pense qu’une partie des habitants du 16e sont assez conservateurs et renfermés. Quand on propose d’installer un centre pour sans-abri dans le bois de Vincennes, ils ne veulent pas. Quand on installe le cirque Romanès porte Maillot, ils ne veulent pas. Quand on dit qu’il va y avoir un concert de rap, ils ne veulent pas… Il existe un certain racisme culturel chez une partie des habitants de cet arrondissement. Que l’on vienne m’expliquer qu’un concert de rap va faire plus de bruit qu’un match du PSG au Parc des Princes, qui est quand même juste à côté… Les cultures urbaines sont les bienvenues partout à Paris, y compris dans le 16e !

Qu’entendez-vous par « racisme culturel » ?

Ils disent que cela va faire du bruit. Mais quel est l’impact sonore d’un match ? Ils ont également parlé de dérangement. Si nous avions parlé d’un concert de rap square Ranelagh, où il n’y a jamais de concerts, je peux comprendre. Mais à cet endroit-là, ils sont quand même habitués à de l’animation et à un certain niveau sonore, beaucoup de va-et-vient, des voitures garées…

Comme le rapporte « Télérama », l’avocat de l’Association de sauvegarde de Boulogne Les Princes, qui a engagé le référé, rejette ces accusations de racisme culturel, précisant qu'ils n'ont pas demandé l'annulation du festival, mais parle d’activités « susceptibles de troubler les riverains dans la jouissance de leurs biens ». Qu’en pensez-vous ?

A-t-il fait un recours contre PSG-OM ? Je ne suis pas en train de dire qu’il faut faire déménager le PSG du Parc, mais il y a des modes d’utilisation de la ville, et il y a des endroits dédiés à certaines choses. C’est une zone animée, y compris le soir puisque les matchs se terminent vers 23h, donc qu’il y ait un match ou un concert de rap, ça ne dépare pas avec l’utilisation de l’espace qu’on a prévu à cet endroit.

D’autres événements culturels ont déjà provoqué des blocages similaires ?

Il peut y avoir des choses de l’ordre du niveau sonore, il y a eu par exemple des recours de riverains à l’encontre du Zénith. Mais ce n’est pas par rapport à la nature des spectacles ayant lieu au Zénith, mais concernant des vibrations qui arrivaient chez les riverains. Il y a eu de nombreux recours juridiques et administratifs, les riverains ont fini par gagner, le Zénith va faire des travaux. Mais ce n’était pas une question de racisme culturel.

L’organisateur du festival souhaite aller à la rencontre des habitants du quartier, une conversation qui peut être bénéfique selon vous ?

Nous verrons si je me trompe, et si l’association des riverains répond qu’il n’y a aucun problème. Mais fort à parier qu’il y en aura, parce qu'il y en a déjà eu ! Or le 16e doit être un arrondissement métissé, comme tous les autres !

La diversité culturelle est-elle un enjeu crucial pour Paris ?

Oui, et pas seulement parisien. C’est un enjeu pour que toutes les cultures s’expriment, de retrouver sur les scènes et les écrans la diversité, le métissage et la mixité qu’on retrouve dans la rue à Paris. C’est une ville monde. Il faut développer ce brassage et ce métissage culturel, c’est un vrai enjeu pour cette ville parce qu’elle est forte de son immigration. On a quand même une maire qui est née dans le sud de l’Espagne et on en est assez fier. Paris est une ville mixte et métisse.

Peut-on espérer retrouver ce festival l’an prochain, dans le 16e ?

J’espère ! On va tout faire pour. Après il va falloir trouver les voies, les moyens, les bonnes dates. Septembre me semblait pas mal, c’est beaucoup moins embouteillé que le mois de juin.