Atteint de la maladie de Charcot, Pone de la Fonky Family vient de sortir un album réalisé grâce à ses yeux

MUSIQUE Après avoir été membre de la mythique Fonky Family, Pone vient de sortir « Kate & Me ». Cet album, l’ancien membre du groupe de rap atteint de la maladie de Charcot, l’a réalisé depuis son lit, grâce à ses yeux

Béatrice Colin

— 

La pochette de
La pochette de — Soone / Pone

C’est son premier album solo, loin de l’univers rap qui a contribué il y a deux décennies au succès de la Fonky Family. Dans Kate & Me, sorti la semaine dernière, Guilhem Gallart, aka Pone, l’un des fondateurs du groupe mythique, livre une ode enivrante à Kate Bush.

Onze titres ou le sample est moteur, tout comme le dialogue que le musicien semble établir avec l’artiste britannique dont il aime « la singularité et la profondeur » et qui fut l’une des premières à pousser la porte de la musique digitale.

Même s’il est sur un registre très différent du très militant Sans rémission, la magie opère encore. Cet album force même à l’admiration. Car c’est de son lit que Pone l’a composé, réalisé et mixé. Atteint de la maladie de Charcot depuis quatre ans, le Tarnais est tétraplégique et ne peut plus parler.

Rien n’est impossible

Aujourd’hui, il communique et crée avec ses yeux. Grâce à un capteur de mouvement oculaire, il peut utiliser sa table de mixage. Comme Stephen Hawking avant lui, pas question que son corps limite son action. Pour Pone, après des moments difficiles, il était important de relever ce nouveau défi musical. Mais pas seulement.

Montrer aussi à tous que tout est possible. « Ce message est aussi important pour moi que la musique. D’ailleurs je consacre beaucoup de temps à des projets médicaux en partenariat avec des médecins formidables », explique l’artiste, soutenu par ses « plus grandes fans », sa femme et ses filles.

Avant de passer ces trois derniers mois sur son album, Guilhem Gallart a planché sur la création du site « La SLA pour les nuls ». De la prise en charge aux traitements, en passant par le huis clos que la sclérose latérale amyotrophique impose, il a voulu partager par où il en est passé. « Ce site, c’est pour pallier à un manque d’information dont j’ai beaucoup souffert », souligne celui qui veut avant tout donner l’espoir à ceux plongé dans la spirale de la maladie.

Pour insuffler ce message, l’ancien producteur de la Fonky Family a décidé de diffuser son album en libre accès. « Je ne voyais aucune raison objective de le vendre. Je suis guéri de l’argent, je m’en fous », écrit-il grâce au mouvement de ses yeux.

Tournage du clip à Marseille

Ce qui prime, c’est « aider », partager aussi avec « des patients, des proches de patients, des médecins, des infirmières » avec qui il est en contact quotidien. Mercredi, à Toulouse, certains d’entre eux, affublés du tee-shirt jaune siglé du nom du site, avaient répondu présent pour participer au tournage du clip It’s me Cathy.

« Je ne me voyais pas ne pas être là, il a bercé mon enfance », assure un jeune fan. « Les gens sont intéressés par ce projet, interpellés par ce que Pone fait. Il montre qu’il y a une vie au-delà de la maladie de Charcot, qu’il peut apporter encore quelque chose », assure Mohand Baha à qui l’artiste a confié la réalisation du clip.

Après la Ville rose, samedi, direction Marseille pour le tournage de la seconde partie du clip. Les fans de la Cité phocéenne ont rendez-vous à 13 heures en haut du cours Belsunce, pour rendre à Pone tous ces moments où il les a fait vibrer.

Le rap en furie de la Fonky Family