Strasbourg : La 12e édition du festival européen du film fantastique, ce n'est pas que pour les ados

CINEMA 46 films sont à l'affiche du festival européen du film fantastique de Strasbourg. Les festivaliers assurent que ce n'est pas un truc d'ados

Angélique Férat

— 

Le festival du film fantastique de Strasbourg se termine dimanche
Le festival du film fantastique de Strasbourg se termine dimanche — Pixabay

« Quand j’étais ado, je ne regardais que des films d’horreur et des films de science-fiction. Ce festival, c’est une cure de jouvence pour moi ». Alexandre Hery est professeur de mathématiques. Un habitué du festival européen du film fantastique de Strasbourg depuis 12 ans.

Un parfum d’adolescence planerait-il sur le film fantastique ? Les adolescents ou les jeunes adultes sont nombreux aux séances de minuit du festival où l’hémoglobine teinte la pellicule. Daniel Cohen, le directeur du festival, qui a débuté le 13 septembre, n’est pas d’accord. « Notre public se situe plutôt entre 20 et 30 ans, assure-t-il. C’est caricatural de dire que c’est un cinéma d’ados. A Strasbourg, on propose des choses très différentes pour faire bouger ces lignes comme du film d’animation pour adultes, des films très caustiques, il y a même des films pour enfants. »

C’est transgressif

Les mots qui reviennent dans la bouche des festivaliers, c’est justement « transgressif » et « décalé ». Alexandre, la quarantaine est un fan absolu : « Le genre fantastique est plus libre, il y a une liberté de créations, c’est parfois très barré. Ces films-là, on ne les voit que rarement à l’affiche d’un cinéma. »

Léo, qui fait la queue pour son 17e film de la semaine, confirme : « Le fantastique, j’aime parce qu’on y voit des questions actuelles traitées et surtout traitées différemment, comme la manipulation génétique, l’obsession de la réussite, l’obligation de paraître. Je fais le plein de films décalés pour l’année en une semaine. » Il lui reste encore quelques jours : le festival ferme ses portes le 22 septembre.