Un « Taureau » et une ado ont remporté trois prix sur les Planches

DEAUVILLE US La 45e édition du Festival de Deauville se clôt sur un palmarès riche en prix mérités où le puissant « Bull » d’Annie Silverstein domine

Caroline Vié

— 

Amber Havard dans Bull d'Annie Silverstein
Amber Havard dans Bull d'Annie Silverstein — Sony pictures releasing
  • « Bull », l’histoire d’une ado paumée dans le milieu du rodéo a remporté trois prix.
  • Le film français « Les Misérables » a également été distingué.
  • Olivier Assayas, venu présenté « Cuban Network » a eu la surprise de recevoir aussi un prix.

De notre envoyée spéciale à Deauville, Caroline Vié

Certains festivals semblent se conclure sur une évidence. C’est le cas cette année pour Les Misérables  de Ladj Ly, prix Valenti Dornano du meilleur premier film français et Bull d’Annie Silverstein, récompensé à la fois par le Grand Prix, celui de la Révélation Louis Roederer et celui de la Critique.

Au sein d’une compétition riche en pépites, c’est l’histoire d’amitié d’une adolescente paumée et d’un ancien as du rodéo sur des taureaux sauvages qui a bouleversé les deux jurys l’un présidé par Catherine Deneuve, l’autre par Anna Mouglalis.

Deux découvertes devant et derrière la caméra

La débutante Amber Havard est éblouissante dans ce premier long-métrage. On lui prédit une belle carrière dans la lignée de Jennifer Lawrence, tant son rôle de gamine confrontée à des responsabilités trop lourdes pour elle fait penser à celui de l’ado de Winter's Bones de Debra Granik. C’est d’un bistro français à Houston, Texas, que la réalisatrice a chaleureusement remercié le festival car elle a eu un souci d’avion. On n’a pas fini de lire son nom au générique tant elle révèle une belle nature de cinéma dont on peut attendre beaucoup.

L’embarras du choix

Le film fantastique The Lighthouse  de Robert Eggers et l’histoire d’amitié The Climb de Michael Angelo Covino ont été couronnés par ex aequo par des prix du Jury. Swallow  de Carlo Mirabella-Davis sur les troubles allimentaires d’une femme enceinte a reçu le Prix de 45e Festival de Deauville et The Peanut Butter Falcondu duo Tyler Nilson et Michael Schwarz sur les aventures d’un jeune trisomique a décroché le Prix du public. L’abondance de récompenses démontre à quel point les jurys ont eu du mal à faire leurs choix au sein d’un beau florilège de ce que le cinéma indépendant américain peut offrir de meilleur.

Olivier Assayas honoré

La cérémonie de clôture s’est conclue par une belle surprise pour le réalisateur Olivier Assayas  qui venait présenter son film Cuban Network. « Je n’en demandais pas tant », a dit le cinéaste, bouleversé après le beau discours que lui a déclamé Anna Mouglalis. Il avait lui-même été éblouissant la veille pour remettre un Deauville Talent Award à Kristen Stewart. « Cuban Network est aussi proche que possible de ce que je ferais si je réalisais un film américain », a-t-il déclaré avec humour. Kristen Stewart était dans la salle pour assister à la projection du cinéaste qui l’a dirigée dans Sils Maria et Personal Shopper.