Affaire Yann Moix : Le frère de l'auteur promet des « réponses judiciaires »

POLEMIQUE En parallèle, Yann Moix a décidé de mettre un terme à la promotion de son livre « Orléans »

L.Be.

— 

Yann Moix revient sur son passé d'enfant martyr dans son dernier roman
Yann Moix revient sur son passé d'enfant martyr dans son dernier roman — IBO

Les polémiques ne sont pas terminées dans la famille Moix. Alexandre Moix, le frère du polémiste, a demandé ce lundi un droit de réponse à France 2 et promet des « réponses judiciaires », selon des informations d' Europe 1. Il dénonce ce lundi auprès de Philippe Vandel, animateur de Culture médias, des « insinuations diffamatoires et injurieuses ».

Yann Moix, qui a fait son mea culpa samedi soir dans On n’est pas couché, a expliqué qu’il soupçonnait son frère de « continuer à fréquenter » des milieux d’extrême droite. « Il est possible que mon frère ait fourni ces documents à des gens malintentionnés », a-t-il déclaré.

Un terme à la promotion de son livre

Par ailleurs, le romancier, qui a reconnu être l’auteur de textes et de dessins antisémites à l’âge de 21 ans, a choisi de « mettre un terme » à la promotion de son dernier roman, a annoncé ce lundi son éditeur. « Après s’être exprimé, notamment à l’émission On n’est pas couché, l’auteur a choisi de mettre un terme à la promotion de son livre et de se mettre en retrait des médias », a indiqué la maison Grasset.

L’écrivain âgé de 51 ans vient de publier Orléans où il évoque les sévices qu’il aurait subis durant son enfance. Sa version des faits a été contestée par son père et son frère cadet qui accuse en fait l’écrivain d’avoir été son bourreau. A cette polémique familiale et littéraire se sont greffées de graves accusations d’antisémitisme.

Mis en cause par L’Express, le romancier a reconnu avoir dessiné des caricatures antisémites et écrit des textes négationnistes dans une revue étudiante quand il avait 21 ans. « J’assume, j’endosse tout. Ce que j’ai fait à l’époque avec 3 ou 4 cons, on était des types complètement paumés », a-t-il admis. L’écrivain s’est excusé au cours de l’émission On n’est pas couché sur France 2 demandant notamment « pardon » à Bernard-Henri Levy dont il est proche.