Rennes : Un grand panneau débarque en ville pour accueillir la crème du street art

ART Un artiste viendra chaque mois réaliser une œuvre en public sur ce mur installé dans le centre-ville

Jérôme Gicquel

— 

Le mur, installé rue Vasselot à Rennes, accueillera chaque mois des œuvres de street art.
Le mur, installé rue Vasselot à Rennes, accueillera chaque mois des œuvres de street art. — J. Gicquel / 20 Minutes
  • Un mur dédié au street art vient d’être installé rue Vasselot dans le centre-ville de Rennes.
  • Il accueillera chaque mois une œuvre d’un artiste reconnu comme le graffeur pochoiriste Blek Le Rat qui inaugurera le mur ce dimanche. 
  • La ville espère ainsi rendre plus visible le street art et montrer au public toute sa diversité.

On l’appelle le MUR comme Modulable Urbain Réactif. Il s’agit en fait d’un grand panneau noir en métal de 4 mètres par 3 qui vient tout juste d’être installé rue Vasselot dans le centre-ville de Rennes. Tous les mois, il accueillera, à l’instar du célèbre mur de la rue Oberkampf à Paris, les œuvres d’artistes reconnus dans le milieu du street art.

« Il y a l’idée d’un musée à ciel ouvert dédié au street art avec des œuvres qui seront éphémères », souligne Patrice Daniello, président de l’association Mur. C’est à cette structure que la ville de Rennes a confié la gestion de ce panneau, amené à devenir l’un des lieux les plus « instagrammables » de la capitale bretonne.

« On cherchait depuis quelque temps un endroit pour rendre encore plus visible le street art et montrer au public toute sa diversité, explique Benoît Careil, adjoint en charge de la culture. Car le street art ce n’est pas juste des bombes, c’est tout un tas de techniques et de pratiques différentes ».

Une performance réalisée en public

Le premier dimanche de chaque mois (sauf en octobre), un artiste sera donc invité, moyennant une rémunération de 600 euros environ, à laisser son empreinte sur le panneau. Seule condition, la performance devra être réalisée sous le regard du public et livrée dans la journée ou quelques jours au plus.

« Comme dans une galerie, il y aura un vernissage afin de faciliter la rencontre entre l’artiste et le public », précise Patrice Daniello. Le premier à s’approprier le mur sera le graffeur pochoiriste français Blek Le Rat, l’un des pionniers du street art, qui sera à l’œuvre ce dimanche.

Début novembre, le panneau reprendra sa couleur d’origine pour laisser place au travail de l’artiste polonaise Nespoon, qui prend un malin plaisir à recouvrir les murs de dentelle.

« Il y en aura pour tous les goûts, promet Patrice Daniello. Certaines plairont, d’autres moins mais cela fait partie du jeu ». La scène locale ne sera pas non plus oubliée avec le graffeur Poch, très branché punk-rock, qui sera à la baguette début décembre, juste avant le coup d’envoi des Trans Musicales.