La bande-annonce de « The L Word : Generation Q » est arrivée, et les fans sont divisés

REVIVAL La série culte par et pour des lesbiennes revient après dix ans d'absence

A. Bo.

— 

Jennifer Beals, Leisha Hailey et Katherine Moennig dans «The L Word : Generation Q »
Jennifer Beals, Leisha Hailey et Katherine Moennig dans «The L Word : Generation Q » — Showtime

La première bande-annonce de The L Word : Q Generation, revival de la série The L Word, suscite de nombreuses réactions chez les fans. Et pour cause : cela fait dix ans qu’on se demande ce que sont devenues Bette, Shane, Alice et les autres.

En 2004, la série créée par Ilene Chaiken a révolutionné le monde du petit écran. Il s’agissait en effet de la première série télé consacrée entièrement au quotidien d’un groupe de lesbiennes, avec une créatrice, des scénaristes et des réalisatrices lesbiennes et out (Guinevere Turner, Rose Troche, Lisa Cholodenko…). Et aujourd’hui, la série culte s’apprête à faire son retour, avec un revival qui suivra à la fois certaines héroïnes de la série originale ainsi qu’une nouvelle génération de personnages queer.

C’est donc avec enthousiasme que beaucoup de fans ont accueilli les premières images de la série :

Où est Tina ?

Dans cette courte vidéo, on apprend que Bette s’est lancée en politique, que Shane aime toujours autant rouler des pelles, et qu’Alice a toujours la classe. Mais cela n’a pas empêché quelques déceptions. Beaucoup d’internautes ont par exemple noté l’absence de Tina, qui était la compagne de Bette dans les saisons précédentes, et avec qui elle a eu un enfant. Pire encore : on voit Bette embrasser quelqu’un d’autre dans la bande-annonce.

Bette dans «The L Word : Generation Q»
Bette dans «The L Word : Generation Q» - Showtime

« Et Tina ? »

« Bette embrasse une autre femme ??? »

Il se trouve que l’interprète de Tina, Laurel Holloman, a mis de côté sa carrière d’actrice depuis quelques années pour se consacrer à la peinture. On a donc peu de chances de la retrouver en décembre dans cette nouvelle saison…

D’autres favorites manquent à l’appel, même si on espère encore les retrouver dans de futurs épisodes. C’est le cas de Carmen…

Ou Helena :

Un revival plus inclusif ?

Autre problème : le manque apparent de représentativité, une critique qui avait déjà été faite à la série d’origine, la grande majorité des personnages y étant blanches, riches, minces et très féminines.

« The L Word revient ! J’ai super hâte, mais !!! S’il n’y a pas de représentation… La série sera très critiquée. »

La créatrice de Generation Q, Marja-Lewis Ryan, a pourtant affirmé sa volonté de créer une suite « plus inclusive ». Et le nouveau casting annoncé, qui compte l’humoriste Fortune Feimster ou encore les actrices trans Jamie Clayton et Sophie Giannamore, laisse espérer que cela sera effectivement le cas.

Quoi qu’il en soit, une chose est sûre : en dix ans, le monde a un peu évolué, et la représentation pour les femmes lesbiennes, bies et trans aussi, grâce à des séries comme Orange is the new black, Sense8, Pose, The 100, Au fil des jours ou encore Les Chroniques de San Francisco. On a donc hâte de découvrir ce que cette nouvelle version compte apporter à l’univers de la télé.