Champion de France de air guitar, Lord Scrat veut désormais conquérir le monde

ROCK’N ROLL Le Breton participe vendredi aux championnats du monde de air guitar qui se tiennent à Oulu en Finlande

Jérôme Gicquel

— 

Vincent Roussel, alias Lord Scrat, avait terminé 9e l'an dernier aux championnats du monde en Finlande.
Vincent Roussel, alias Lord Scrat, avait terminé 9e l'an dernier aux championnats du monde en Finlande. — Eeva Riihela / AFP
  • Sacré champion de France début août, Lord Scrat participe vendredi aux mondiaux de air guitar en Finlande.
  • Cela fait plus de 10 ans que le Breton assure le show sur la scène en brassant de l’air.
  • Pour séduire le jury et le public, Lord Scrat compte sur sa fougue, sa playlist explosive et sur son costume.

Devant sa glace ou en soirée, tout le monde s’est un jour adonné à l’air guitar, cette technique consistant à mimer les gestes d’un guitariste sans avoir d’instrument dans les mains. Mais à ce petit jeu, certains sont plus doués que d’autres. A 27 ans, Vincent Roussel, alias Lord Scrat, fait partie des cadors mondiaux de la discipline. Sacré champion de France début août à Mirande (Gers), ce Breton de Saint-Brieuc sera vendredi sur la scène d’Oulu en Finlande pour les championnats du monde d’air guitar. Une compétition que Lord Scrat connaît bien pour y avoir déjà participé en 2016 et 2018 après avoir franchi les qualifs.

« J’ai terminé 9e l’an dernier. Donc je compte bien faire mieux cette année même s’il y aura du niveau ! », assure le jeune homme, qui est arrivé lundi en Finlande pour peaufiner son show. Batteur à ses heures et accro au hard rock, Lord Scrat a branché sa guitare fictive il y a plus de dix ans déjà. « J’ai fait ma première compétition en 2009 au festival Art Rock à Saint-Brieuc. C’est le côté showman qui m’a attiré, le fait de pouvoir se grimer, de monter sur scène et de se lâcher complètement », indique-t-il.

Promouvoir la paix dans le monde

Depuis, Lord Scrat n’a plus lâché la communauté des rockeurs brasseurs d’air, allant même jusqu’à se tatouer la devise Make air not war sur le mollet l’an dernier. « Le fait de promouvoir la paix dans le monde est inscrit dans la charte de la fédération de air guitar. Si tout le monde sur la planète faisait d’ailleurs du air guitar, il n’y aurait plus de guerre. Car quand on tient une air guitar dans les mains, on ne peut pas tenir un fusil », indique-t-il le plus sérieusement du monde.

Vendredi, Lord Scrat a prévu, comme à son habitude, de lâcher les chevaux sur scène. Pour séduire le jury et le public, il compte bien sûr sur sa technique et sa fougue, mais aussi sur son costume. « Il s’agit d’une cotte de maille réalisée avec 2.500 languettes de canettes de bière. Et le casque est une réplique de celui que porte le Roi Arthur dans le film Sacré Graal ! des Monty Python. J’ai travaillé pendant plusieurs mois sur ce costume », précise le jeune homme, qui est animateur socioculturel dans la vraie vie.

The White Stripes et Rage Against The Machine dans la playlist

Côté musique, il a aussi prévu d’envoyer du lourd avec un medley d’une minute, format imposé par l’organisation, comprenant des extraits des White Stripes, de Rage Against The Machine ainsi que des sons qu’il a lui même bidouillé. « Chaque candidat crée vraiment un morceau. Cela demande beaucoup de recherches musicales. Et après, il faut qu’on teste les mouvements », assure Vincent Roussel.

Champion du monde ou pas, Lord Scrat poursuivra de nouvelles aventures à son retour de Finlande. Fin septembre, il partira s’installer en Nouvelle-Zélande. Avec toujours bien sûr son air guitar à portée de main.