«Mindhunter»: Charles Manson, BTK, «le tueur d'Atlanta»... Qui sont les serial killers de la saison 2?

SERIE La série consacrée aux origines du profilage est de retour sur Netflix pour une deuxième saison depuis vendredi. L’intrigue amène les enquêteurs du FBI à rencontrer des tueurs en série célèbres

Fabien Randanne
— 
Damon Herriman en Charles Manson dans la saison 2 de «Mindhunter».
Damon Herriman en Charles Manson dans la saison 2 de «Mindhunter». — Netflix
  • La saison 2 de « Mindhunter » est disponible sur Netflix depuis vendredi.
  • Cette série est inspirée du témoignage de John Douglas, agent spécial du FBI, « Mindhunter, dans la tête d’un profileur » paru aux éditions Michel Lafon. Le personnage d’Holden Ford, incarné par Jonathan Groff, est inspiré de John Douglas.
  • Plusieurs tueurs en série célèbres apparaissent au fil des épisodes.

L’horreur est humaine. Vendredi, la deuxième saison de Mindhunter a été mise en ligne sur  Netflix. Cette série produite par Charlize Theron et  David Fincher – qui a réalisé les trois premiers épisodes – poursuit son exploration du travail du Behavioral Science Unit, l’équipe du FBI qui a inventé les techniques de profilage. Au fil des neuf épisodes, les enquêteurs font face à quelques-uns des serial killers les plus célèbres.

Dennis Rader

Tout comme durant la saison 1, Dennis Rader est le fil rouge de la saison 2. Il apparaît généralement dans les scènes d’ouverture de chaque épisode. Si on ne le voit pas commettre ses crimes, on sent que la menace rode. Celui qui s’est surnommé « BTK », pour « bind, torture and kill » (« ligoter, torturer et tuer » en référence à son mode opératoire, a assassiné dix personnes – majoritairement des femmes – entre 1974 et 1991. Il a été condamné à la prison à perpétuité (plus exactement à dix peines d’emprisonnement à perpétuité consécutives) en 2005, année de son arrestation, autrement dit bien après la période à laquelle se déroule Mindhunter, le début des années 1980.

David Berkovitz

Au cours de leur enquête sur BTK, les agents Holden Ford et Bill Tench rencontrent David Berkovitz, alors qu’il purgeait sa condamnation de six peines de prison à vie. Plus connu en tant que « Son of Sam », « le fils de Sam », surnom qu’il s’est choisi, il a semé la terreur à New York au milieu des années 1970, tuant six personnes et en blessant sept autres en leur tirant dessus avec une arme au calibre 44. Il ciblait les couples flirtant à bord des voitures et particulièrement les femmes. Après son arrestation, il avait expliqué que le labrador de son voisin lui avait ordonné de tuer. « Les psychiatres avaient avalé cette histoire et considéré qu’elle expliquait ses actes. Mais moi, je savais que cette version (…), c’était son échappatoire. Alors quand il a commencé à nous faire son cinéma au sujet de ce chien, je lui ai dit : « David, arrête ton char. Le chien n’a rien à voir là-dedans. » Il a ri et acquiescé », raconte John Douglas, l’agent du FBI qui a inspiré le personnage d’Holden Ford, dans le livre Mindhunter, dans la tête d’un profileur (édition Michel Lafon). Un échange que l’on peut voir dans l’épisode 2 de la saison 2.

Charles Manson

« Charles Manson n’est pas un tueur en série ordinaire. La question de savoir s’il avait réellement tué quelqu’un de ses propres mains a d’ailleurs fait l’objet des débats. Son passé criminel est incontestable, tout comme les horreurs que ses adeptes ont commises à son instigation et en son nom. Je voulais savoir comment on devient un messie satanique », écrit John Douglas dans Mindhunter, dans la tête d’un profileur. S’il y a un criminel américain qui fascine autant qu’il suscite l’effroi, c’est bien Charles Manson. Reconnu coupable d’avoir ordonné à sa « Famille » – des jeunes issus de la classe moyenne sur lesquels il exerçait une emprise – de tuer neuf personnes, dont l’actrice Sharon Tate, il fut condamné à mort en 1971 avant que sa peine soit commuée en prison à vie. Il est décédé derrière les barreaux en novembre 2017. Dans la série, il est incarné par Damon Herriman qui joue le même rôle le temps d’une courte apparition dans Once Upon A Time… In Hollywood de Quentin Tarantino.

Dans son livre, John Douglas se souvient de sa rencontre avec Charles Manson : « Il était sauvage, les yeux vifs et il avait quelque chose d’inquiétant dans sa manière de se mouvoir. Il était beaucoup plus petit et fluet que je ne l’avais imaginé. (…) Comment ce type frêle avait-il pu exercer une telle influence sur sa « famille » si tristement célèbre ? J’ai eu la réponse à cette question quand il s’est assis sur le dossier de sa chaise à l’autre bout de la table pour nous regarder de haut en nous parlant. » Un souvenir parfaitement reconstitué dans l’épisode 5.

 

Paul Bateson

Condamné à un minimum de vingt ans de prison en 1979 pour le meurtre d’un journaliste, Addison Verrill, et libéré en 2003, Paul Bateson a été fortement soupçonné, sans que cela ait pu être prouvé, d’avoir tué six gays, adeptes de pratiques sadomasochistes, dans les années 1970 à New York. Les corps des victimes étaient démembrés et, une fois placés dans des sacs plastiques, jetés dans l’Hudson. Ces meurtres ont inspiré à William Friedkin le film La Chasse - Cruising, avec Al Pacino, sorti en 1980. « Durant l’écriture du scénario, je lui ai rendu visite [à Paul Bateson] à la prison de New York, a confié le réalisateur  au JDD l’an passé. Lorsque j’ai appris qu’il avait fait de la figuration sur le tournage de L’Exorciste, j’ai eu froid dans le dos. » Dans ce classique de l’horreur, Paul Bateson incarnait un technicien en radiologie.

Wayne Williams

Une grande partie de la saison 2 de Mindhunter est consacrée à la traque d’un meurtrier d’enfants noirs à Atlanta, à la fin des années 1970 et au début des années 1980. Les agents du FBI et les policiers ont finalement mis la main sur Wayne Williams. Si celui-ci a bien été condamné, en 1982, à la prison a perpétuité pour le meurtre de deux hommes adultes, il n’a pas été inculpé pour les meurtres d’enfants. Le seul élément le reliant à certains de ces crimes, des fibres de moquette verte, n’étant pas jugé suffisant pour prouver sa culpabilité.

La saison 2 se termine donc avec ce doute et souligne qu’en 2019, aucune des vingt-sept enquêtes n’a été poursuivie. John Douglas, lui, est certain de la culpabilité de Wayne Williams. « Malgré ce que ses défenseurs maintiennent, les différentes preuves matérielles montrent que Wayne Williams est bien l’assassin de onze jeunes garçons à Atlanta, écrit-il dans son livre. Mais je suis aussi convaincu, contrairement à ce que ses détracteurs soutiennent, qu’il n’existe pas de preuve solide le rattachant à la totalité ni même à la majorité des disparitions d’enfants dans cette ville entre 1979 et 1981. (…) Nous avons notre petite idée sur l’identité de ceux qui ont commis une partie des autres meurtres. Il y en a plusieurs et la vérité n’est pas belle à voir. Les preuves et la volonté publique ont manqué jusqu’à maintenant pour obtenir des inculpations. »

Malgré tout, comme le montre le dernier épisode de la saison 2, cette affaire a permis au Behavioral Science Unit, l’équipe du FBI au cœur de l’intrigue de Mindhunter, de gagner en crédibilité auprès de la police.

 

D'autres tueurs au casting

D’autres tueurs en série apparaissent dans la saison 2 de Mindhunter. Ed Kemper, très présent dans la saison 1, refait ici un court passage. Les agents du Behavioral Science Unit s’entretiennent également à Atlanta avec William Pierce – condamné à la perpétuité pour le meurtre de 9 personnes en 1970 et 1971 – et William Henry Hance, qui a tué quatre femmes en 1977 et 1978 et a été exécuté à la chaise électrique en 1994. Wayne Henley, quant à lui, est impliqué dans une série de meurtres de 29 adolescents à Houston au début des années 1970. Il servait de rabatteur au serial killer, Dean Corll (surnommé Candy Man), qu’il a fini par tuer en 1973. Il purge sa condamnation à six peines de prison à perpétuité.