Les fans de DJ Arafat et les stars pleurent une «icône africaine»

HOMMAGE Les fans, qu’il surnommait « Les Chinois », les personnalités de Kaaris à Drogba et l’Etat ivoirien rendent massivement hommage à l’« icône de la jeunesse et ambassadeur de la musique et de la culture ivoiriennes »

A.D. avec AFP

— 

DJ Arafat, deson vrai nom Ange Didier Huon, sur la scène du Zenith à Paris le 27 mars 2016.
DJ Arafat, deson vrai nom Ange Didier Huon, sur la scène du Zenith à Paris le 27 mars 2016. — SADAKA EDMOND/SIPA
  • La mort brutale dans un accident de moto ce lundi de DJ Arafat a provoqué une vague d’émotion sur les réseaux sociaux.
  • De Didier Drogba à Kaaris en passant par Magic System, de nombreuses célébrités ont salué « l’icône africaine », « numéro un du coupé décalé ».
  • Les autorités de la Côte d’Ivoire s’apprêtent à rendre hommage à l'« ambassadeur de la musique et de la culture ivoiriennes ».

« Il n’est pas mort, il est dans ta mémoire »… Les mots de DJ Arafat dans son premier succès, Hommage à Jonathan, adressés à DJ Jonathan, artiste décédé dans un accident de moto, résonnent étrangement depuis la mort soudaine du roi du coupé-décalé lundi dans des circonstances similaires. Depuis l’annonce du décès du chanteur ivoirien, ses fans, que l’artiste surnommait « les Chinois » en raison de leur grand nombre, et de nombreuses personnalités, rendent hommage à l’artiste, en Côte d’Ivoire, en Afrique et partout dans le monde francophone sur les réseaux sociaux.

 

Dès l’annonce de l’accident, une foule s’est pressée devant la polyclinique des Deux Plateaux à Cocody, où est décédé le chanteur, reprenant ses grands tubes, comme l’a constaté le journaliste Alexandre Capron.

« Arafat ne peut pas mourir »

Incrédules à l’annonce de sa mort, des fans scandaient « Arafat ne peut pas mourir ». La police tentait de les contenir, non sans difficulté.

Des centaines de fans se sont rassemblées dans la soirée près du domicile de la star défunte pour lui rendre hommage, selon le site d’information continue ivoirien Alerte Info. « Ça me fait très mal. Je n’y ai pas cru, je suis venue voir », a confié à l’AFP une fan, Estelle Oulaye. « C’est le Daishinkan d’Afrique », pour Ibrahim Tapsouba, en référence au surnom du chanteur, tiré d’un superhéros de dessin animé.

« Depuis hier, on n’a jamais vu autant de photos d’un artiste décédé sur les réseaux sociaux, que ce soit sur Instagram ou Facebook, constate Mory Touré, animateur de la webradio culturelle Radio Afrika et chroniqueur sur RFI. Hier ce qu’on a vu sur les réseaux sociaux, ça dépassait l’entendement. Tout le monde voulait savoir, que ce soit la diaspora africaine du côté des États-Unis, de l’Asie, de l’Europe. C’est venu un peu de partout », a-t-il confié à la radio publique française à diffusion internationale

« DJ Arafat, c’était une icône africaine »

« DJ Arafat, ce n’est pas seulement la Côte d’Ivoire, mais c’était une icône africaine, ici tout le monde se rappelle de son passage », confirme le Camerounais Luc Delors Yatchokeu, directeur du Kolatier, le Festival des musiques d’Afrique à l’antenne de la Deutsche Welle, la radio internationale allemande.

DJ Arafat était « un monument de la musique ivoirienne », « il donnait des concerts dans toute l’Afrique », a témoigné à l’AFP Ozone, un producteur de hip-hop et animateur de télévision. « Il avait un charisme naturel », « il restera une force pour la musique ivoirienne et africaine », a-t-il jugé.

Lors de ses tournées en Europe et en Afrique, DJ Arafat remplissait des stades. le chanteur avait été désigné meilleur artiste de l’année aux Awards du coupé-décalé ivoiriens en 2016 et 2017. Le genre musical coupé-décalé né en 2003 dans les boîtes de nuit ivoiriennes avait conquis toute l’Afrique, mais aussi l’Europe et les Etats-Unis, notamment grâce aux sportifs qui ont popularisé certains pas de danse.

L’ancienne gloire de la sélection ivoirienne de football Didier Drogba, lui a d’ailleurs rendu hommage sur Twitter dès l’annonce de l’accident de moto.

« Arafat a amené le coupé décalé où le coupé décalé n’est jamais arrivé. Le succès, la vitalité aujourd’hui que la Côte d’Ivoire a sur le plan international musical, on le doit aussi à Arafat », rappelle Mory Touré sur RFI.

« Tu seras toujours le numéro un du coupé décalé »

Sa mort a donc soulevé une immense vague d’émotion dans le monde de la musique. « Mon frère tu es parti trop tôt tu m’as conseillé. T’es un leader, tu étais le numéro 1 et tu seras toujours le numéro un du coupé décalé. Je t’aime mon frère. Dieu te garde », a écrit le rappeur Naza.

« Repose en paix mon frère », s’est ému quant à lui le rappeur Kaaris sur Instagram.

Ses anciens rivaux, Serge Beynaud et Debordo, deux stars du coupé-décalé, ont salué « une icône » de la musique ivoirienne, au cours d’une émission spéciale d’hommage de la RTI. Bebi Philip, autre vedette du coupé-décalé et ancien arrangeur de DJ Arafat, s’est dit « très touché », auprès de l’AFP.

« Le petit est parti. Il a vécu comme une étoile filante. Nous sommes tous effondrés. Dans le style du zouglou, à l’international, il y a Magic System. Pour le coupé-décalé, c’était DJ Arafat… C’est une grande perte pour la musique ivoirienne », a déclaré A’salfo, leader du groupe Magic System contacté par Jeune Afrique.

« Il était aussi doué pour le marketing »

« On est tous sous le choc », a témoigné auprès de l’AFP Ickx Fontaine, producteur et spécialiste du hip-hop. DJ Arafat était « au top niveau depuis 15 ans et son premier tube "Jonathan". C’était impressionnant ». « C’était un vrai chanteur et un batteur (…) il a donné un nouveau souffle au coupé-décalé », a-t-il estimé.

« C’était un artiste très exigeant, il travaillait beaucoup », a rappelé Scovik, un manager de coupé-décalé à l’AFP. « Il avait un son particulier, il a accéléré le coupé-décalé et il a apporté une autre façon de danser, spectaculaire », a souligné Skovik. « Il était aussi doué pour le marketing, il faisait le buzz, il fallait toujours qu’on parle de lui, il a toujours voulu être à la page ».

« La mort d’Arafat va susciter un vent de réconciliation »

Le décès de l’artiste a même pris une dimension politique. « La mort d’Arafat va susciter un vent de réconciliation en Côte d’Ivoire parce qu’il y a deux choses aujourd’hui que la Côte d’Ivoire recherche, c’est sa réconciliation et sa stabilité. Et ça part de deux faits : le sport avec le football et la musique. Et on espère que les hommages que l’État ivoirien est en train de lui préparer vont peut-être consolider encore cette réconciliation tant recherchée par la Côte d’Ivoire », analyse ainsi pour RFI Mory Touré.

La disparition de l’ambassadeur du coupé-décalé est prise très au sérieux par l’Etat ivoirien. Les autorités ivoiriennes ont annoncé qu’elles avaient pris contact avec sa famille en vue de préparer les obsèques. Le ministre ivoirien de la Culture Maurice Kouakou Bandaman a présenté « ses condoléances à la famille et aux mélomanes », et indiqué que des dispositions seraient prises pour « un hommage à l’artiste », selon un communiqué diffusé par la RTI.

Le président ivoirien Alassane Ouattara a décrit DJ Arafat sur Twitter comme l’« icône de la jeunesse et ambassadeur de la musique et de la culture ivoiriennes ».

« Sa renommée dépassait les frontières et il était aimé aussi bien pour sa musique que pour sa générosité de cœur. Il restera à jamais dans nos cœurs et dans l’histoire de la musique ivoirienne », a salué sur Instagram Amadou Gon Coulibaly, le Premier ministre ivoirien.

DJ Arafat avait signé chez Universal Music où il avait sorti son dixième album fin 2018, intitulé Renaissance. Son dernier single, comme une dernière provocation tragique du bad boy à dreadlocks amoureux de la vitesse s’intitulait Moto Moto. « Arafat est là pour vous apporter la joie », y chantait-il. Une jolie ambition dans un pays récemment au bord de la guerre civile.