Le grammairien belge André Goosse, spécialiste de la langue française, est décédé à l'âge de 93 ans

DISPARITION Le grammairien belge était membre de l’Académie royale de Langue et de Littérature françaises de Belgique et de la Société de langue et de littérature wallonnes

C.W.
— 
Photo d'illustration.
Photo d'illustration. — Minto Jason/SUPERSTOCK/SIPA

Un ponte de la grammaire est mort. Comme le rapportent de nombreux médias belges, dont Le Soir, André Goosse est décédé ce week-end à l’âge de 93 ans. Le grammairien belge était notamment membre de l’Académie royale de Langue et de Littérature françaises de Belgique et de la Société de langue et de littérature wallonnes, précise ActuaLitté.

Un amoureux de la grammaire

C’est lors de ses études à l’Institut St-Remacle à Stavelot, qu’André Goosse, né à Liège en 1926, a eu une révélation pour la beauté (et la complexité) de la langue française. « Dès ma quatrième latine, j’ai décidé de faire de la philologie romane. En seconde, j’ai découvert le Corrigeons-nous ! du père Deharveng, et ma vocation de grammairien s’est éveillée ; elle ne s’est plus rendormie », expliquait-il, rapporte le site spécialisé dans la littérature.

Enseignant à l’Université catholique de Louvain, le grammairien a consacré de nombreux ouvrages à la langue, dont Façons belges de parler (2011). Gendre de Maurice Grevisse, il a également repris à sa mort Le bon Usage, une grammaire descriptive et prescriptive du français, autrement appelé « Le Grevisse ».