Comic Con: Comment San Diego est devenu le temple de la pop culture en 50 éditions

ANNIVERSAIRE Le Comic Con de San Diego, l’un des plus grands événements autour de la pop culture, ouvre ses portes ce jeudi en Californie pour sa 50e édition

Mathilde Loire

— 

Le 50e Comic Con de San Diego ouvre ses portes ce jeudi.
Le 50e Comic Con de San Diego ouvre ses portes ce jeudi. — Chris Pizzello/AP/SIPA
  • Le Comic Con de San Diego ouvre ses portes pour sa 50e édition ce jeudi.
  • C'est désormais un événement essentiel pour Hollywood et la pop culture.
  • Ce qui a commencé comme un petit rassemblement de fans de comics a pris beaucoup plus d'ampleur à partir des années 2000.

Fans de pop culture, préparez-vous ! Le Comic Con de San Diego ouvre ses portes au public ce jeudi à 10 heures du matin en Californie, 19 heures en France. Comme chaque année au mois de juillet, le palais des congrès de San Diego va accueillir quatre jours de panels, rencontres, projections dédicaces autour de la pop culture et des comics.

Plusieurs studios et éditeurs seront présents pour y annoncer leurs projets à venir. Le retour de Marvel Studio, absent de l’événement l’an passé, sera notamment scruté de près, car on devrait en apprendre plus sur le futur de l’univers cinématographique Marvel (MCU) après Avengers : Endgame et Spiderman : Far From Home.

Autre particularitié de ce nouveau rendez-vous 2019 : il marque aussi la 50e édition du Comic Con. A l’origine du rassemblement, un trentenaire arrivé de Détroit, Shel Dorf, et une bande d’adolescents passionnés de comics. Le premier se déroule le 21 mars 1970 dans le sous-sol d’un hôtel un peu miteux de San Diego, et attire une centaine de fans venus de tout le pays. La deuxième édition a lieu du 1er au 3 août de la même année, et rassemble 300 personnes : un succès, pour les organisateurs. Mike Towry, l’un des co-fondateurs, adolescent à l’époque, a déclaré au magazine américain Forbes : « Ce que le Con est devenu a dépassé notre imagination ». Cette année, plus de 135 000 visiteurs sont attendus.

C’est que le Comic Con a bien grandi en 50 ans. D’un petit événement autour des comics rassemblant quelques geeks, il est devenu à partir des années 2000 LE rendez-vous annuel des professionnels et des amateurs de pop culture, attirant même les plus grands noms d’Hollywood. Si les studios s’en détachent depuis quelques années – Disney, par exemple, organise ses propres conventions – l’événement reste un rendez-vous important, à la hauteur de la place que la pop culture a pris dans nos vies.

D’un sous-sol miteux au palais des Congrès

Le sous-sol d’un hôtel, l’US Grant, accueille donc les premières éditions. « Ce n’était pas le plus chic des endroits, mais c’était le seul qui a été mis à notre disposition ; en fait, aucun autre hôtel en ville n’était prêt à prendre le risque d’héberger un événement qui amènerait aussi peu de gens au bar. Heureusement, il y avait Ken et Shel pour signer le contrat, pour le reste nous étions tous mineurs ! », raconte Jim Hill, l’un des premiers co-organisateurs sur son blog en 2005. Pendant deux décennies, le salon se balade d’hôtels en hôtels, puis se tient en partie au Convention and Performing Arts Center (CPAC) à partir de 1979. Il s’installe au San Diego Convention Center, le tout nouveau palais des congrès de la ville, en 1991, d’abord dans une partie des onze hectares, avant d’occuper tout le lieu.

Merci Jack Kirby

Dans le sous-sol du l’US Grant, en août 1970, on peut déjà croiser deux invités de marque : Ray Bradbury, l’auteur de Farenheit 451 et Chroniques martiennes, et surtout le légendaire Jack Kirby, « le Roi de la bande-dessinée », co-créateur de nombreux héros Marvel et auteur important de DC Comics. La légende du Comic Con veut que Jack Kirby ait été le premier à comprendre l’importance que prendrait l’événement. « Il y a longtemps il a dit "un jour Hollywood va venir au Comic Con pour chercher ses idées" », raconte le co-fondateur Mike Towry à NBC. C’est en partie sous l’influence de Kirby que le Comic Con laisse, dès le début, une place au monde du divertissement dans son ensemble. Une place toujours plus importante alors que le salon grandit : aujourd’hui, dans les allées du Comic Con, les vendeurs de jouets et de projets dérivés sont parfois plus nombreux que les libraires de BD.

Quand Star Wars ne soulevait pas les foules…

Les premières années regorgent d’anecdotes savoureuses. En 1976, trois membres de l’équipe d’un film de science-fiction à petit budget, réalisé par un certain George Lucas, se rendent au Comic Con pour en présenter un aperçu. Ils ne font pas de vagues : Star Wars ne sortira sur les écrans que dix mois plus tard. Avec le succès que l’on sait, mais qui est difficile à imaginer en 1976. Près de 40 ans après, en 2015, Carrie Fisher, Mark Hamill et Harrison Ford, ainsi que toute l’équipe de Star Wars VII : Le Réveil de la Force sont accueillis en héros.

… et quand les fans de Twilight campaient toute la nuit

La foule en délire qui accueille le casting de Star Wars, voilà quelques années qu’elle est devenue familière au Comic Con. Depuis les années 2000, la culture geek dans son ensemble est de plus en plus populaire, et les sagas à succès amènent toujours plus de fans à San Diego. En 2008, puis en 2009, des fans de Twilight campent toute la nuit à l’extérieur du Hall H, le lieu mythique où se déroulent les panels les plus attendus depuis 2004. C’est la première fois qu’un tel moment se produit, mais ce ne sera pas la dernière. « [Avant], on offrait 2.000 ou 3.000 tickets à la radio parce qu’on avait du mal à faire venir les gens, a ainsi raconté David Glanzer, responsable du marketing du Comic Con, à l’AFP. Maintenant, les places sont toutes vendues en moins d’une heure. » Les files d’attente du Comic Con sont désormais célèbres, surtout quand il s’agit d’assister au panel d’une série ou d’un film attendus.

Des annonces pour les enthousiasmer tous

Car ces panels, pendant lesquels les équipes présentent les films ou les saisons à venir, sont aussi le théâtre de surprises inoubliables. Parmi les plus mémorables, on compte notamment la projection de 25 minutes d’Avatar, de James Cameron, au Comic Con 2009, alors que les fans attendent avec impatience cette prouesse en 3D. Mais aussi, en 2010, la présentation de Thor et Captain America. A la fin du panel, les modérateurs annoncent « une chose en plus »… Et les spectateurs voient débarquer le casting complet des futurs Avengers, présentés par Samuel L. Jackson (Nick Fury), dont certains n’avaient même pas encore été annoncés. Quatre ans plus tard, c’est Warner Bros. qui surprend l’audience avec quelques images annonçant le duel entre Batman et Superman. Un sens du spectacle qui fait le sel du Comic Con, années après années.