Qu'est-ce qui pousse les créateurs à modifier des scènes de films ou d'œuvres a posteriori?

REVU ET CORRIGE Netflix a supprimé le passage du suicide dans « 13 Reasons Why ». Selon l’évolution des valeurs morales de la société et les réactions du public, les réalisateurs sont parfois contraints de retoucher leur œuvre

Marie-Laetitia Sibille
— 
« Tintin au Congo » a été modifié plusieurs fois par Hergé.
« Tintin au Congo » a été modifié plusieurs fois par Hergé. — Virginia Mayo/AP/SIPA
  • Netflix a supprimé la scène polémique du suicide dans la rediffusion de la série « 13 Reasons Why ».
  • Ce n’est pas la première fois que des réalisateurs, en accord ou contraint par les distributeurs, prennent la décision de réviser ou même supprimer des scènes de leur œuvre lors de rediffusion ou de réédition, malgré les coûts engendrés.
  • Les raisons sont le plus souvent morales, parfois scientifiques ou juste esthétiques, pour plaire au plus grand nombre de spectateurs.

Deux ans depuis la première diffusion et deux ans de polémique. Alors que la troisième saison de 13 Reasons Why devrait arriver prochainement, Netflix a choisi de modifier une scène cruciale de la saison 1. Le suicide du personnage d'Hannah n’est désormais plus traité de la même façon.

« Nous avons entendu les préoccupations sur cette scène du Dr Christine Moutier, de l’American Foundation for Suicide Prevention et d’autres, et nous nous sommes accordés avec Netflix pour la modifier », a expliqué le créateur de la série, Brian Yorkey, dans un communiqué.

De l’antihéros de Star Wars au simple héros

Une décision importante de la part de la plateforme de streaming, pour cette série accusée d’être liée à une augmentation du taux de suicide chez les 10-17 ans. Pour des raisons moins dramatiques, d’autres réalisateurs ont choisi de modifier eux-mêmes leur œuvre avant sa réédition ou rediffusion. L’enjeu est souvent moral et il s’agit de moins choquer, donc de plaire un peu plus, aux spectateurs.

Quand, en 1997, George Lucas sort en salles et en DVD une « Special Edition » de la trilogie Star Wars, il restaure numériquement mais aussi « révise » les trois épisodes originaux. Nouveaux effets spéciaux, décors refaits à l’ordinateur… La liste des changements se chiffre à 10 millions de dollars, soit plus d’un tiers de son budget d’origine, rien que pour l’épisode Un nouvel espoir. Mais il en profite aussi pour transformer le personnage d’Han Solo en simple héros, et non plus en antihéros, en modifiant visuellement une scène. Il a eu beau soutenir que c’était son idée d’origine, qu’il ne voulait pas faire de Han Solo un tueur de sang-froid, les fans ont moyennement apprécié.

Hergé se plie à la volonté Casterman

Bien avant, Hergé avait été confronté à des problèmes d’éthique avec Tintin au Congo. Pourtant en janvier 2019, les éditions Moulinsart ont choisi de publier une réédition numérique de la version originale de 1930-1931, malgré le débat qui subsiste aujourd’hui encore. A la fin des années 1940, Hergé avait entrepris la refonte de ses albums pour les coloriser, harmoniser les formats et lui aussi en avait profité pour revoir quelques épisodes de son œuvre. Dans Tintin au Congo, réédité en couleur en 1946, l’un des passages clés de la version originale est réécrit. Il s’agit de la fameuse leçon que Tintin donne à une classe d’enfants congolais, lorsqu’il se rend chez les missionnaires.

« Le plus intéressant, c’est qu’à l’époque, cette refonte n’est pas la volonté d’Hergé. C’est imposé par Casterman, son éditeur. Au départ, Hergé refuse. Mais Casterman insiste. Evidemment, vendre des albums qualifiés de racistes, c’est très difficile ! » expliquait Pierre Assouline, auteur d’une biographie d’Hergé publiée en 1997, sur France Culture en 2009.

L’astrophysicien qui critiquait Titanic

Hormis les raisons commerciales, les changements a posteriori peuvent aussi permettre à l’auteur de corriger discrètement quelques erreurs de vraisemblance. Ainsi, après la sortie de Titanic, des petits détails furent améliorés, pour répondre aux critiques du trop-plein de lumière et d’éclairage pendant certaines scènes. Après la lettre du physicien Neil deGrasse Tyson, qui se moquait de Cameron en lui expliquant que Rose n’aurait jamais vu ce ciel-là, avec ces étoiles-là, ce soir de 1912, compte tenu de la position du bateau et de l’époque de l’année, le réalisateur réputé perfectionniste a revu sa copie : « J’ai dit “d’accord, envoie-moi les bonnes étoiles pour l’heure exacte et je vais le mettre dans le film”. DeGrasse Tyson a fait exactement cela. » Cameron a donc refait une scène dans laquelle le personnage Rose s’accroche à un morceau de bois flotté.

Le ciel étoilé de Titanic a été rectifié après coup par James Cameron pour coller à la vérité scientifique.
Le ciel étoilé de Titanic a été rectifié après coup par James Cameron pour coller à la vérité scientifique. - AP/SIPA

Toujours dans Titanic, une scène avec Kate Winslet avait été jugée trop dénudée en Chine, à sa sortie en 3D, par les moralistes. Le réalisateur a accepté de tourner une version spéciale de cette scène pour le public chinois. Pour Tintin au Congo, des maisons d’éditions étrangères ont fait le choix d’écrire un avertissement de remise en contexte dans les premières pages. Dans certaines librairies en Angleterre, en Australie et en Nouvelle-Zélande, l’album est passé du rayon pour enfants à celui des adultes. Comme quoi, pour résoudre un problème, il suffit pour certains de le déplacer.