Sexe fictions: Mariage avec une IA, immortalité… Voici le scénario sociétal des 30 prochaines années

ANTICIPATION (1/3) A l’occasion de notre série d’été sur les sexualités futures, le premier épisode se penche sur les avancées sociales des 30 prochaines années. Chronologie

Laure Beaudonnet

— 

Akihiko Kondo pose avec une poupée du personnage virtuel Hatsune Miku qu'il a épousée.
Akihiko Kondo pose avec une poupée du personnage virtuel Hatsune Miku qu'il a épousée. — Behrouz MEHRI / AFP
  • Cet été, 20 Minutes se penche sur les sexualités futures : pratiques sexuelles, reproduction et changement des mentalités.
  • Pour ce premier épisode, nous explorons les bouleversements sociétaux directement liés aux progrès technologiques des 30 prochaines années.
  • La société n’a pas fini de changer.

La société n’a pas fini de se transformer et l’accélération numérique avec des IA fortes nous pend au nez. Certains gourous transhumanistes de la Silicon Valley prophétisent l’arrivée d’humains améliorés ou immortels grâce aux progrès technologiques pour 2045 et on peut déjà imaginer comment les mentalités pourraient évoluer dans la société. Depuis quelques mois, la Chine a mis un pied dans le futur avec son système de notation de sa population ambiance Nosedive de Black Mirror. Certains Chinois sont interdits de train ou d’avion en fonction de leur note sociale, directement indexée sur leur comportement.

L’omniprésence des machines dans notre quotidien pourrait surtout modifier notre place dans la société. On voit de plus en plus d’activistes revendiquer leur statut de cyborg tandis que des Japonais trouvent le moyen d’épouser un robot ou une intelligence artificielle par amour. A quoi ressemblera le monde de demain avec une intelligence artificielle de plus en plus performante ? 20 Minutes anticipe les 30 prochaines années de progrès social.

2035 : La fusion avec la machine autorisée

En suède, des puces électroniques sous-cutanées permettent d’ouvrir les portes et de conserver des informations importantes, et ce n’est qu’un début. Si on suit l’excellente série britannique Years and Years, d’ici une quinzaine d’années, on n’aura plus besoin d’un smartphone pour passer des coups de téléphone ou surfer sur le Web. Nos doigts serviront de micro et de combiné, on pourra prendre des photos (et les envoyer) et même surveiller nos proches grâce à un implant cérébral sur le modèle de la jeune Bethany Bisme-Lyons, dont l’idéal absolu est d’être entièrement numérisée. Elle fait d’ailleurs son coming out « trans » (pour transhumain) auprès de ses parents, espérant disparaître dans le cloud et se débarrasser de son enveloppe charnelle. En 2035, les ados ne passeront pas sous un bistouri pour faire de la chirurgie esthétique mais pour devenir des humains augmentés. Une première étape avant l’immortalité.

2040 : Le droit citoyen des robots

Sophia est le premier robot à avoir obtenu une nationalité. En octobre 2017, l’Arabie saoudite a reconnu la citoyenneté à cet humanoïde social signé Hanson Robotic, une entreprise basée à Hong Kong. Le coup de pub pourrait se généraliser d’ici 2040 avec des androïdes dotés de pièces d’identité. Qui sait, les robots se mobiliseront peut-être dans la rue pour avoir les mêmes droits que les humains, comme Dolores, dans Westworld, qui finit par prendre les armes pour se venger de ses oppresseurs. Surtout si leur intelligence dépasse l'intelligence biologique.

2045 : Le droit à l’immortalité numérique

A écouter Raymond Kurzweil, futurologue et directeur de l’ingénierie chez Google, la singularité numérique [le jour où l’intelligence des machines aura dépassé celle des hommes et où nous serons relégués au rang des animaux face à une IA forte] aura lieu en 2045. Dans son livre, Humanité 2.0 : la bible du changement, il ne prévoit pas la fin de l’humanité face à la puissance des machines, au contraire. L’homme fera partie intégrante de la machine et, même avant la singularité, l’humain pourra vivre quasi éternellement grâce aux avancées de la science : thérapies cellulaires, implantation de puces électroniques, injection de nanorobots réparateurs dans le flux sanguin, greffe de prothèses connectées… En 2045, l’immortalité sera possible. Il faudra peut-être simplement quitter notre corps et trouver refuge dans le cloud, un peu comme dans le brillant épisode San Junipero dans Black Mirror. Peut-être pourra-t-on simplement copier notre esprit dans de nouveaux corps sur le modèle de la série française Transferts.

2050 : Le mariage entre l’homme et la machine légalisé

Siri, Cortana ou Alexa seront à l’IA forte ce qu’est aujourd'hui le minitel à Internet. Verra-t-on encore une différence lorsque nous interagirons avec un humanoïde ? « D’ici à 2050, il sera possible d’avoir des discussions avec les robots, cela aidera à créer une relation entre l’homme et le robot », avait assuré en 2017 David Levy, chercheur en intelligence artificielle et auteur de Love and Sex with Robots. Selon lui, certains Etats, au moins aux Etats-Unis, autoriseront les mariages avec les robots. « On considérera que les gens devraient avoir le droit de se marier avec qui ils veulent -sauf peut-être leur frère ou leur sœur-. Ça pourrait être un nouveau mouvement queer », avait-il poursuivi. Plusieurs hommes, dont le Japonais Akihiko Kondo, ont épousé une intelligence artificielle. Dans son cas, il s’agissait d’une chanteuse virtuelle Hatsune Miku. En 2050, il sera peut-être question de donner une valeur juridique à ces unions.