Kery James annonce la date de sortie de son film «Banlieusards» dans un clip monstrueux avec Orelsan

RAP Dans « A qui la faute ? », les deux rappeurs s’interrogent sur la responsabilité de l’Etat en banlieue

C.W.

— 

Orelsan et Kery James dans le clip «A qui la faute?».
Orelsan et Kery James dans le clip «A qui la faute?». — Capture d'écran YouTube

La grosse claque de la journée. Ce mercredi, Kery James et Orelsan ont dévoilé le clip de A qui la faute ?, une vidéo de plus de six minutes tournée dans la cité du Bois-l’Abbé du Val-de-Marne et réalisée par Leila Sy. Dans une espèce de joute verbale, les deux rappeurs s’interrogent sur la responsabilité de l’Etat en banlieue, à coups de punchlines percutantes.

« La banlieue porte un gilet jaune depuis vingt ans, tout le monde s’en bat les couilles, le France est dans le déni, mélange d’ignorance et de mépris », assène notamment Orelsan. « On ne fait pas bouger les choses en dressant seulement des constats, subir ou agir, je vais te le dire cash moi, la vie est une question de choix ! », affirme Kery James.

« Banlieusards » en octobre sur Netflix

Ce clip coup de poing est aussi une façon pour Kery James de dévoiler la date de sortie de son tout premier film, Banlieusards, le 10 octobre prochain sur Netflix. Le rappeur glisse dans A qui la faute ? des images inédites de ce film coréalisé avec Leila Sy. Le pitch ? « Trois frères issus d’une banlieue sensible de la région parisienne. Soulaymaan, élève avocat à Paris, réussit brillamment ses études. Son chemin croise celui de Lisa face à laquelle il débat sur la responsabilité de l’État dans la situation actuelle des banlieues lors de la finale d’un célèbre concours d’éloquence. Demba, l’aîné, vit aux rythmes du trafic et de la rue. Leur petit frère Noumouké, 15 ans, cherche encore sa voie, et doit choisir auquel de ses deux grands frères il veut ressembler. Une bagarre, un coup de feu, un drame ».

Enfin, le titre figurera également sur la réédition de l’album de Kery James, J’rap encore, dont la sortie est prévue en septembre. Une rentrée prometteuse pour le rappeur.