VIDEO. Montpellier: A la découverte du Moco, le nouveau centre d'art contemporain

ART Le centre d’art contemporain de Montpellier ouvre ses portes samedi et tout le week-end son accès est gratuit

Nicolas Bonzom
— 
L'une des oeuvres présentées au Moco, à Montpellier
L'une des oeuvres présentées au Moco, à Montpellier — N. Bonzom / Maxele Presse
  • Le Moco dévoile ses collections gratuitement à l’occasion d’un grand week-end d’inauguration samedi et dimanche.
  • La première exposition propose jusqu’au 29 septembre de découvrir des œuvres de la collection du businessman japonais Yasuharu Ishikawa.
  • Le Moco sera aussi un lieu de vie, avec un jardin ombragé pour se mettre à l’abri de la chaleur, une librairie, un restaurant et un bar.

Montpellier dispose enfin d’un écrin pour l’art contemporain : le  le Moco. Ce véritable petit Beaubourg montpelliérain, qui dévoilera ses collections gratuitement à l’occasion d’un grand week-end d’inauguration samedi et dimanche, est né dans l’hôtel Montcalm, une prestigieuse bâtisse du XIXe siècle, longtemps restée dans l’oubli.

La première exposition,Distance intime, propose jusqu’au 29 septembre de découvrir des œuvres de la collection du businessman japonais Yasuharu Ishikawa.

« L’accessibilité, la clé du projet »

Des pièces pour la plupart très… contemporaines. Pour saisir parfaitement l’essence des œuvres, le mieux est de demander un coup de pouce. « L’accessibilité est la clé dans ce projet, explique Vincent Honoré, directeur des expositions. Nous avons mis en place un dispositif d’accompagnement du visiteur, avec un livret où toutes les œuvres sont expliquées, des médiateurs dans les salles, qui pourront répondre aux questions, et des visites. »

Mais pour le maire (divers gauche) Philippe Saurel, qui a souhaité à son arrivée au pouvoir faire de ce lieu un centre d’art contemporain plutôt qu’un musée de l’histoire de la France et de l’Algérie, le choix de l’art contemporain n’est en aucun cas risqué. « Cette exposition va forcément provoquer, interroger, créer des réactions positives et négatives, c’est normal, détaille le maire. C’est facile quand on voit La Joconde, on comprend de quoi il s’agit. L’art contemporain, il faut aller plus loin. C’est une démarche autre. »

Côté prix, l’accès à l’exposition coûtera entre 5 et 8 euros, avec une large gamme de gratuité. Et au-delà des œuvres, le Moco sera aussi un lieu de vie, avec un jardin ombragé pour se mettre à l’abri de la chaleur, une librairie, un restaurant et un bar.