Val de Rock: Le festival ne verra jamais le jour, annulé à trois jours de sa première édition

ON REMBALLE A la suite du faible nombre de places vendues, le festival Val de Rock ne verra pas le jour cette année. Tous les billets seront remboursés

20 Minutes avec AFP

— 

Une image du documentaire «Fyre, le meilleur festival qui n'a jamais eu lieu».
Une image du documentaire «Fyre, le meilleur festival qui n'a jamais eu lieu». — Netflix

Le festival Val de Rock, dédié à la pop culture des années 1980 et qui devait se dérouler de vendredi à dimanche à Chessy, en Seine-et-Marne, a été annulé en raison de problèmes de trésorerie et d’une faible billetterie, ont annoncé mardi les organisateurs.

Hubert-Félix Thiéfaine, The Stranglers, De La Soul, M, UB40, Les Négresses Vertes ou encore Jimmy Somerville étaient notamment au programme de la première édition de cet événement qui devait mêler musique, cinéma et jeux vidéo en espérant raviver la flamme vintage d’un public nombreux.

Au lieu de quoi, très loin des 90.000 festivaliers escomptés pour les trois jours, seulement une douzaine de milliers de billets avaient été écoulés la semaine passée, a déclaré une source proche du dossier, évoquant également des défauts de paiements à différents prestataires.

Des difficultés économiques et logistiques

Un échec commercial confirmé par communiqué sur les comptes Twitter et Facebook de Val de Rock : « Après des mois d’efforts et une grande détermination quant à la réussite de notre projet, les difficultés financières auxquelles nous sommes actuellement confrontés ne nous permettent pas d’ouvrir les portes de notre événement vendredi. »

« Malgré la recherche de solutions pour maintenir Val de Rock au cours des derniers jours, les difficultés économiques et les faibles ventes de notre billetterie ne permettent pas la tenue du festival », est-il ajouté. Toutes les places achetées seront intégralement remboursées, est-il enfin indiqué.

Val de Rock avait déjà vécu une semaine passée agitée, avec l’abandon d’une scène flottante sur le lac du parc du Bicheret, où devaient se jouer un tiers des concerts. « Des contraintes techniques entre des artistes et la production » ont eu raison de ce projet, a expliqué un membre de l’organisation au Parisien de lundi. « On pensait avoir des accords mais, finalement, des chanteurs ne voulaient pas se produire sur la scène flottante ».

L’Ile-de-France, vivier de festivals

L’annulation du festival par VDK Organisation, mandaté pour bâtir ce projet par l’agglomération du Val d’Europe, s’inscrit dans un contexte de concurrence très accrue dans le paysage des festivals de musique en Ile-de-France.

Dans le calendrier, il se situait entre Solidays, qui a battu son record de fréquentation (228.000 personnes) le week-end passé, et le mastodonte Lollapalooza qui doit se tenir les 20 et 21 juillet et réunit depuis deux éditions plus de 100.000 spectateurs.

En juin We Love Green et fin août Rock en Seine, sont également deux festivals franciliens solidement ancrés.