Adaptation de comics: Pourquoi «Batwoman», «Lobo», «Locke & key» et «Y» feront d'excellentes séries

COMICS Parmi la flopée de séries BD en cours d’adaptation pour le petit écran, « 20 Minutes » a déjà quatre chouchous et vous explique pourquoi

Olivier Mimran

— 

Les comics «Lobo», «Locke & key», «Y le dernier homme», «Batwoman»
Les comics «Lobo», «Locke & key», «Y le dernier homme», «Batwoman» — © DC COMICS 2019 / IDW PUBLISHING 2019
  • Des dizaines de séries télé inspirées de comics sont actuellement en production et devraient être diffusées dès la fin de l'année 2019.
  • Parmi elles, certaines mettront en scène des superhéros et superhéroïnes – à commencer par Batwoman –, mais d'autres genres (horreur, anticipation etc) seront bien représentés.
  • La rédaction de «20 Minutes» vous présente les quatre projets qu'elle trouve les plus prometteurs.

Si de plus en plus de séries télé sont adaptées de comics, les résultats sont plus ou moins heureux ! On peut donc légitimement se méfier des nouvelles annonces. Ou s’enthousiasmer au contraire quand on pressent que la « sauce peut prendre ». C’est précisément le cas des quatre titres dont on vous dit, ci-dessous, tout le bien qu’on pense.

« Batwoman », la série qu’on espère aussi sombre et sensuelle que son héroïne

Le comics : À l’origine, Batwoman a été créée en 1956 par Bob Kane – le co-créateur de Batman – et Sheldon Moldoff… pour faire taire les rumeurs d’une relation homosexuelle entre Batman et Robin, son fidèle (et jeune) sidekick ! Mais au fil de ses apparitions, Kathy Kane a fini par devenir une héroïne à part entière. À l’instar de Batman, elle n’est dotée d’aucun superpouvoir ; Batwoman est donc relativement vulnérable et ne doit ses exploits qu’à son extrême agilité (elle a travaillé dans un cirque) et à sa maîtrise des techniques de combat.

Pourquoi on y croit : Parce que depuis qu’elle a été « reprise en main », en 2006, par le scénariste Greg Rucka, Batwoman a révélé une personnalité parfois aussi sombre que celle, bien connue, de son homologue masculin. Depuis un peu plus de dix ans, les aventures de la justicière ont ainsi fait oublier la « potiche bien roulée » qu’elle incarnait à ses débuts. Si la série qui lui sera consacrée rend justice au travail de Rucka, on s’attend à un ton un peu glauque, à ce qu’il faut de sensualité et à une certaine dose de violence. Tout ce qu’on aime, quoi ! En plus, la date de diffusion est déjà fixée : à partir du 26 octobre 2019 sur CW, selon le site Den of Geek.

« Lobo », la série qu’on aimerait aussi « borderline » que Deadpool

Le comics : Apparu pour la première fois en 1983 (dans la série Omega Men), ce personnage a été créé par Keith Giffen et Roger Slifer. Lobo est un mercenaire (et chasseur de primes) extraterrestre. À ce titre, il est doté d’une force hors du commun – un peu comme Superman – et a même déjà été déclaré « immortel »… mais certains scénaristes se sont parfois amusés à le rendre plus vulnérable. En tout cas, si Lobo a d’abord été décrit comme un pur super-méchant, il apparaît comme un peu plus vertueux depuis le milieu des années 1990…

Pourquoi on y croit : Parce qu’on adore les persos borderline à la Deadpool ; et croyez-nous, dans le genre, Lobo se pose là : son nom signifie « le dévoreur d’entrailles » et s’il est le dernier représentant de son espèce… c’est qu’il a lui-même éliminé tous ses congénères ! Un sacré taré, donc, qui, pour peu que son interprète (on annonce Emmett J. Scanlan, qui a déjà joué Lobo dans la série Krypton) se montre à la hauteur, devrait éclabousser nos petits écrans de son impétuosité à la limite de la psychopathie. Et accessoirement, des viscères de ses victimes. La chaîne SyFi, qui diffusera le programme, précise que la date de programmation n’est pas encore déterminée.

« Y, le dernier homme », la série qui va faire flipper les machos

Le comics : « Y, le dernier homme », comics créé en 2002 par Brian K. Vaughan et Pia Guerra, raconte comment Yorick, un jeune homme un peu paumé, devient l’ultime représentant sur Terre du genre masculin après que tous les êtres vivants porteurs du chromosome Y (humains et animaux) ont inexplicablement trépassé le 17 juillet 2002. Désormais isolé dans un monde uniquement peuplé de femmes, le rescapé essaie de survivre… et de comprendre comment une telle « catastrophe » a pu se produire.

Pourquoi on y croit : Parce qu’on adore les univers postapocalyptiques et que même s’il est un peu éculé, le concept de « dernier représentant » est suffisamment anxiogène pour nous tenir en haleine plusieurs saisons durant. Et puis aussi parce qu’on est très curieux de voir si la série de la chaîne FX Networks (qui vient, selon le site Gizmodo, de s’attacher les services de la showrunner Eliza Clark, coscénariste de The Killing et Animal Kingdom) sera aussi haletante que les 60 épisodes du comics d’origine. Enfin, pour jubiler quand les garçons qui visionneront la série en pensant qu’elle met en scène « un rêve éveillé » ravaleront vite leurs fantasmes en constatant combien le sort de son héros est, finalement, peu enviable. La date de diffusion n’est pas encore fixée.

« Locke & key », la série qui va procurer des sueurs froides

Le comics : Écrit par Joe Hill – le digne rejeton du célèbre romancier Stephen King – et dessiné par Gabriel Rodriguez, ce comics plutôt horrifique relate les conséquences de l’emménagement de la famille Locke dans la demeure ancestrale de Keyhouse. La veuve Nina (son époux a été cruellement assassiné) et ses enfants Tyler, Bode et Kinsey comprennent bientôt que la maison recèle de nombreux et obscurs secrets : ils découvrent des clés magiques capables de transformer en fantôme, d’effacer des souvenirs etc. Problème : un démon souhaite récupérer ces clés pour ouvrir un passage entre l’enfer et notre monde.

Pourquoi on y croit : Parce que le comics, très «  Lovecraftien » dont sera tirée la série est certainement l’un des plus captivants – et effrayants – qu’on ait jamais lus. Et parce que c’est Netflix qui produit cet ambitieux projet : rien que du point de vue des décors (la demeure gothique est immense), les moyens financiers dont dispose la plateforme de streaming promettent le meilleur. Là encore, aucune date de diffusion n’est encore arrêtée.