Tournée 2019 des Spice Girls: On a croqué dans le gros pudding nostalgique à Wembley

POP CULTURE Ce samedi, les Spice Girls terminent leur tournée de treize dates au stade de Wembley, à Londres. « 20 Minutes » a assisté à l’avant-dernier concert, vendredi soir, parmi quelque 70.000 spectateurs venus du monde entier

Fabien Randanne

— 

Quatre des Spice Girls (de g. à dr.: Geri Horner, Mel C, Mel B et Emma Bunton) en concert au stade de Wembley à Londres (Angleterre) en juin 2019.
Quatre des Spice Girls (de g. à dr.: Geri Horner, Mel C, Mel B et Emma Bunton) en concert au stade de Wembley à Londres (Angleterre) en juin 2019. — C.-V. Pelossier
  • Fin mai, les Spice Girls, à l’exception de Victoria Beckham, se sont lancées dans une tournée de treize dates au Royaume-Uni. Elles donneront leur dernier concert ce samedi au stade de Wembley, à Londres.
  • « 20 Minutes » a assisté au concert de ce vendredi, parmi quelque 70.000 autres spectateurs venus du monde entier pour raviver leurs souvenirs d’enfance ou d’adolescence.
  • Le spectacle, qui dure deux heures, est une succession de tubes, dans un flot de sequins et de pyrotechnie.

De notre envoyé spécial à Londres (Angleterre)

Qui ignorerait, aux abords du stade, que Wembley accueille ce vendredi soir les Spice Girls n’aurait qu’à scruter la foule s’engouffrant dans l’enceinte pour le découvrir. Des imprimés léopard à la Mel B, des robes Union Jack rappelant l’iconique tenue de Geri, des couettes enfantines à la Emma, des maillots, des combos jogging et queue-de-cheval chers à Mel C… une bonne partie du public – en très grande majorité féminin et gay, essentiellement composé de trentenaires et de jeunes quadras – a assorti son vestiaire à celui du girls band.

La dernière tournée des Spice Girls remontait à 2008 et, hormis une apparition à la cérémonie de clôture des JO 2012, elles ne s’étaient plus réunies sur scène depuis. Même si, pour ce Tour 2019 de treize dates, Victoria Beckham n’est pas de la partie, cela n’empêche pas les 70.000 spectateurs de l’arène londonienne de vibrer à l’unisson et de reprendre en chœur les tubes du groupe tout au long des deux heures de show qui n’est que paillettes, sequins et couleurs pastel, confettis et feux d’artifice.

« On va voir défiler notre enfance »

La plupart de ceux qui ont fait le déplacement – et déboursé entre 100 et 200 euros pour acheter leur place – espèrent surtout croquer dans une grosse madeleine (ou plutôt un gros pudding, pour respecter la gastronomie locale) nostalgique bien sucrée. C’est le cas de Mikaela et Pia, venues spécialement de Norvège avec trois autres copines. « On va voir défiler notre enfance », prévient la première, qui vient de récupérer son package VIP – un sac siglé « Spice World » comprenant une gourde, un pin’s, un pass souvenir et des cartes postales à l’effigie des chanteuses « offert » à qui avait une centaine d’euros à investir dedans – avant le concert. Et Pia de préciser : « On avait entre 6 et 10 ans à l’époque. » L’époque en question, c’est la fin des années 1990 : le Royaume-Uni faisait taper le monde entier du pied au rythme de sa Brit Pop, Internet n’en était qu’à ses balbutiements et, en 1996, les cinq Anglaises déboulaient avec leur premier succès instantané, Wannabe.

« Je les ai tout de suite aimées car elles étaient les seules filles au milieu des boys band », se remémore Cynthia, qui avait 14 ans lorsque les Spice Girls ont émergé. Cette trentenaire brésilienne profite d’un voyage en Europe pour applaudir les idoles de son adolescence. Elle est venue avec sa fille Julia, qui n’a pas tout à fait 10 ans et s’apprête à vivre son premier concert. « Je lui fais partager un peu de mon histoire », glisse Cynthia qui, si elle compte bien danser et chanter tout son soûl, s’attend aussi à être émue. On aura une pensée pour elle lorsque, une grosse heure et demie plus tard, les Spice Girls dédicaceront leur chanson Mama à toutes les mères du public.

« L’amour et l’acceptation et le "girl power" »

Sur l’immense scène, qui comprend une avancée circulaire au milieu de la fosse, les quatre chanteuses, entourées de vingt danseurs, enchaînent les tubes, de Spice Up Your Life en ouverture à Wannabe en point final en passant par Who Do You Think You Are ?, Viva Forever, Say You’ll Be There ou encore une reprise de We are Family. « Ce n’est qu’en vivant les choses qu’on se rend compte à quel point on tient aux gens », confie Geri au micro, au milieu du show. Il y a vingt et un ans, elle avait quitté le groupe et n’était donc pas montée sur scène à Wembley. Une absence désormais réparée. Il s’agit aujourd’hui de célébrer l’amitié – qui « ne finit jamais » comme le clament les paroles de Wannabe - et le bonheur des retrouvailles.

Pour Ryan, fan californien de 37 ans – il a assisté à chacune des tournées, précise-t-il –, les Spice Girls, c’est avant tout « l’amour et l’acceptation » et puis évidemment le « girl power ». Ce « pouvoir des filles » est indissociable du groupe, qui en fait son slogan. Le cri de ralliement est toujours d’actualité et d’ailleurs, avant le rappel, les quatre chanteuses en donnent leur définition dans un clip vidéo projeté sur les écrans. Pour Mel C, par exemple, c’est « le fait de se soutenir entre femmes ». La phrase fait mouche dans les tribunes, bondées de groupes de copines qui applaudissent à tout rompre. C’est un brin naïf, et pas mal guimauve, mais ce concert est avant tout un cocon de bienveillance. Une bulle réconfortante dans laquelle se lovent les spectateurs retrouvant l’insouciance de leurs jeunes années, loin du Brexit, de la montée des populismes et de la violence extérieure.

« Spice World » sans frontières

Ce « Spice World » est un monde parallèle, idéal, inclusif ou il n’est question que de chansons et de vivre ensemble. « Sont bienvenus tous les âges, toutes les races, toutes les identités de genre, tous les pays d’origine, toutes les orientations sexuelles, toutes les religions et croyances, toutes les capacités [« abilities » ; en référence aux personnes étant ou non en situation de handicap] » voit-on défiler sur l’écran géant dès le premier morceau, Spice Up Your Life.

Un peu plus tard, le quatuor énumère les drapeaux brandis dans la marée humaine qui leur fait face : Mexique, Israël, Colombie, Canada, Brésil, Australie, France… Le « Spice World » n’a pas de frontières. Et si, ce samedi, les Spice Girls donnent leur ultime concert de ce Tour 2019 au stade de Wembley, la planète « épicée » n’aura pas complètement fini de tourner. Un film d’animation centré sur les aventures du groupe devrait prochainement être mis en orbite.