A Ornans, Macron célèbre Gustave Courbet et vante le Pass culture

DEMOCRATISATION DE L'ART Emmanuel Macron a célébré le bicentenaire de la naissance de Gustave Courbet

L.B. avec AFP

— 

Emmanuel Macron au bicentenaire de la naissance de Gustave Courbet à Ornans.
Emmanuel Macron au bicentenaire de la naissance de Gustave Courbet à Ornans. — SEBASTIEN BOZON / AFP

Emmanuel Macron s’est offert lundi une « parenthèse » culturelle en célébrant le bicentenaire de la naissance de Gustave Courbet dans sa ville natale d’Ornans (Doubs). Il en a profité pour promouvoir  le Pass culture, destiné à « lever les obstacles » à l’accès des jeunes aux arts.

« J’ai parlé un peu d’art durant le grand débat mais pas assez », a déclaré le chef de l’Etat, en se disant « très heureux » de montrer de nouveau que la France « est une terre d’artistes ». A Ornans, petite ville de 4.500 habitants proche de Besançon, il a échangé avec une quinzaine de jeunes de 18 ans, inscrits au Pass culture qui leur offre 500 euros de loisirs culturels.

Le Pass culture testé depuis le 1er février

Ce pass culture représente « une forte ambition pour accompagner l’accès à la culture, en particulier pour les plus jeunes », a-t-il expliqué, en compagnie du ministre la Culture Franck Riester. Mais « on ne consomme pas de la culture. On la vit, on la transforme, elle nous transforme », a-t-il souligné. Engagement de la campagne présidentielle, le Pass culture est testé depuis le 1er février dans cinq départements auprès de 12.500 jeunes, qui se sont vu offrir 500 euros à dépenser dans 9.000 activités proposées par 1.475 structures culturelles.

Une deuxième vague, lancée la semaine dernière, étend le pass à une dizaine de départements et 150.000 jeunes, via une application qui vise à élargir leurs habitudes culturelles en leur recommandant des domaines qu’ils connaissent moins.

Au cours de la discussion, les jeunes lui ont fait part de la difficulté à avoir accès à la culture en milieu rural et de la nécessité d’adapter l’offre culturelle aux nouvelles habitudes, notamment numériques. A son arrivée à Ornans, Emmanuel Macron a rendu hommage, devant quelque 400 personnes rassemblées sous un chapiteau, au « goût pour la liberté et l’utopie » ainsi qu’à « la volonté de transgresser » de Gustave Courbet, l’auteur de L’Origine du Monde (1819-1877) et l’un des peintres les plus controversés du XIXe siècle.

« Tout me plaît chez Courbet »

Il a ensuite visité l’exposition « Yan Pei-Ming face à Courbet » avec le peintre né à Shanghai et formé en France, star de la scène artistique mondiale pour ses immenses portraits monochromes. « Tout me plaît chez Courbet. Son audace artistique, son attention aux portraits, à la nature et à l’Histoire. C’était un peintre révolutionnaire », a déclaré l’artiste franco-chinois à la presse avant la visite. « En Chine, il est très connu, surtout pour son rôle dans la Commune de Paris », a-t-il ajouté, en précisant avoir découvert son célèbre tableau L’Origine du Monde lorsqu’il était adolescent à Shanghai.

Pendant quinze jours, Yan Pei-Ming est venu en résidence à Ornans pour rendre hommage à Courbet, mort en exil en Suisse, ruiné. « La France est une terre d’artistes, qu’il nous faut revivifier », a souligné Emmanuel Macron, en indiquant une prochaine refonte du réseau des résidences d’artistes, notamment à l’étranger comme la Villa Medicis à Rome.