VIDEO. Gamers de 7 à 77 ans: «Nous adorons faire une partie en famille sur des classiques comme "Rayman" et "Mario Kart"», confie Julie, 45 ans

JE JOUE DONC JE SUIS (5/7) A l’occasion de l’E3, la grande messe du jeu vidéo, « 20 Minutes » a rencontré les joueurs et joueuses de 7 à 77 ans pour savoir à quoi ils jouaient, comment, pourquoi

Propos recueillis par Vincent Julé

— 

Julie Chalmette, 45 as et présidente du SELL, aime les parties en famille sur «Rayman» ou «Mario Kart»
Julie Chalmette, 45 as et présidente du SELL, aime les parties en famille sur «Rayman» ou «Mario Kart» — J. C.

Dis-moi à quoi tu joues, et je te dirais qui tu es. Alors que l'E3, la grande messe du jeu vidéo, s’ouvre mardi à Los Angeles, 20 Minutes a décidé de s’intéresser non pas aux machines ou aux jeux, mais aux joueurs. Selon le bilan annuel du marché français du jeu vidéo publié par le Syndicat des Editeurs de Logiciels de Loisirs, 51 % des Français jouent ainsi régulièrement, et 74 % occasionnellement. Avec un âge moyen de 39 ans, le joueur régulier est à 53 % un homme et 47% une femme, mais il est intéressant de voir par tranche d’âge, avec par exemple 97 % de joueurs chez les 10-14 ans, contre 88 % chez les 25-34 ans et quand même 55 % chez les plus de 55 ans.

20 Minutes a été à la rencontre de ces « jeunes de 7 à 77 ans » pour reprendre le célèbre slogan du journal Tintin, avec un joueur ou joueuse par génération, et c’est autour de Julie Chalmette, 45 ans, directrice générale de l’éditeur Bethesda et présidente du SELL.

Quel est votre premier souvenir lié au jeu vidéo ?

Mon père voyageait souvent au Japon dans les années 1980 et nous rapportait des jeux relativement rares mais qui faisaient fureur dans la cour d’école : les Game and Watch. Ma sœur et moi en avons battu des records, je me souviens particulièrement de Parachute et Cross Highway. La révolution a été le passage au double écran avec Donkey Kong ! Je ne sais pas où sont passées ces consoles malheureusement, mais il me reste une Tomy 3D Sky Attack sur laquelle nous jouons encore parfois.

Quel est votre jeu préféré et pourquoi ?

Mes préférences de jeux sont intrinsèquement liées à mes souvenirs d’éditrice de jeu vidéo et surtout aux rencontres humaines que j’ai faites pendant ma carrière. Donc si je ne devais en citer qu’un seul, je dirais Dishonored, parce que c’est un jeu développé en France par une équipe, le studio Arkane, qui a un talent et une exigence incroyables [le jeu est édité par Bethesda]. Leur directeur artistique s’est beaucoup attaché à expliquer les différentes influences de l’œuvre : architecture, peinture, photo… C’était passionnant à voir, entendre et jouer. Et leur dernière héroïne, Emily Kaldwin, est super badass !

Et une frustration ou un mauvais moment passé sur un jeu ?

Caesar 3 ! Je n’ai jamais réussi à étendre mon empire, il prenait feu systématiquement. Et j’avoue être toujours frustrée d’entendre des critiques infondées sur les jeux, par des personnes qui méconnaissent le milieu et sa richesse.

Vous jouez à quoi en ce moment ?

Je joue généralement avec mes enfants, nous adorons faire une partie en famille, sur des classiques comme Rayman et Mario Kart. Avec l’E3, j’ai également la chance de jouer à certains jeux en avance, et je vais profiter du long voyage jusqu’à Los Angeles pour faire Gris, une production indépendante pleine de poésie et d’émotions.