Pourquoi CopyComic crispe autant le petit monde de l'humour (et d'Internet)

SCANDALE Qui est derrière le pseudo CopyComic, qui dénonce les plagiats dans les sketchs des humoristes français ? Si le mystère demeure, la crise est ouverte

Benjamin Benoit

— 

L'humoriste Gad Elmaleh.
L'humoriste Gad Elmaleh. — Paul Zimmerman/Variety/REX/Shutterstock/SIPA

Déjà plusieurs mois que le hashtag #CopyComic agite les réseaux sociaux avec ses accusations de plagiat à l'encontre d'humoristes à succès. L'affaire qui mélange comédie française (mais surtout comédie américaine), a été largement réactivée par ce tweet. 20 Minutes s'est penché sérieusement sur cette affaire qui ne fait pas rire tout le monde.

CopyComic est avant tout une chaîne YouTube qui cumule 65.000 abonnés en ce début de mois de juin 2019. Un «justicier de l'humour» anonyme y poste des vidéos dans lesquelles il confronte de multiples stand-up, souvent anglo-saxons, aux prestations des humoristes français appréciés tels que Tomer Sisley, Jamel Debbouze voire Roland Magdane. La vidéo ciblant Gad Elmaleh est la plus regardée de la chaîne, avec 1,7 millions de vues. Le constat est édifiant : entre coïncidence et plagiat, la ligne est fine.

Le lanceur d’alerte du plagiat

Le hashtag éponyme devient très vite populaire sur les réseaux sociaux. Gad Elmaleh en fait particulièrement les frais. L'acteur avait déjà été raillé pour sa publicité « je rêve d’une banque » en 2014. Puis critiqué juste après quand son nom est appartu dans la liste d’une filiale suisse d’HSBC, dans le cadre de l’enquête Swissleaks. L'accusation de plagiat rajoute à la disgrâce.

Tout s’accélère, quand, mi-avril 2019, CopyComic annonce sur ses réseaux « une nouvelle plainte de Gad Elmaleh » qui somme Facebook de briser l’anonymat de celui qui se fait appeler « Ben » et de communiquer IP, nom et adresse mail à la justice. De son côté l'avocate Maître Sabemme Wekstein-Steg, conseil de Gad Elmaleh invoque le malentendu et déclare au Parisien qu’« aucune plainte n’a été déposée ni aucune assignation délivrée. », et que cette procédure était liée à une ancienne démarche de retrait de vidéos

Bonne ambi

Aux mises en cause pour plagiat répondent des accusations de délation. Ainsi sur Instagram Sandra Sisley, l’épouse de Tomer Sisley, pointe du doigt (et fait un doigt) à Kheiron. Elle accuse l'humoriste, connu pour deux films et la série Bref , d'être derrière CopyComic. C'est dans la série Bref également qu'à joué Baptiste Lecaplain, lui aussi soupçonné d'alimenter CopyComic. Depuis dimanche, les internautes ont pu assister à des échanges tendus – parfois teintées de petites touches complotistes – entre humoristes et personnalités du monde de la télévision. Kheiron de son côté, a twitté sa version de l’histoire : il dit n’y être pour rien directement, mais avoir collaboré avec « Ben ».

CopyComic il est aussi allé de sa version sur Twitter, dit être aidé de nombreux humoristes qui « n’ont rien à se reprocher ». Maintenant, Kheiron a ironiquement lancé le hashtag #JeSuisCopyComic, et les twittos s’amusent à s’approprier l’identité de cet anonyme. Ironique, pour une histoire de plagiat.