Eurovision: Michel Polnareff espère que Bilal Hassani «va casser le Q aux imbéciles qui le cassent»

ENCOURAGEMENTS Ce samedi, Michel Polnareff a témoigné de son soutien à Bilal Hassani, qui représente la France en finale de l'Eurovision

Fabien Randanne

— 

Bilal Hassani en répétition sur la scène de l'Eurovision, le 13 mai 2019.
Bilal Hassani en répétition sur la scène de l'Eurovision, le 13 mai 2019. — Jack GUEZ / AFP

Bilal Hassani, qui représentera la France, ce samedi soir, en finale de l’Eurovision à Tel-Aviv (Israël) reçoit de nombreux messages de soutien et d’encouragement. Parmi eux, il y en a un qui est loin de passer inaperçu : celui de Michel Polnareff.

« Belle voix, belle chanson, belles paroles, GO Bilal » a tweeté l’interprète de Goodbye Marylou ce samedi matin. « J’espère qu’il va casser le Q [sic] à tous les imbéciles qui le cassent sur ma page Facebook », écrit également l’Amiral en postant le clip de Roi, le morceau avec lequel Bilal Hassani défendra les chances tricolores.

Anticonformisme

« [Merde] pour demain », avait déjà publié Michel Polnareff vendredi soir en illustrant son message de photos du candidat français lors des répétitions sur la scène du concours.

Il n’est pas surprenant que Bilal Hassani et sa chanson Roi, sur l’importance d’être soi-même et le refus d’être « dans les codes », parlent à son aîné, chantre de l’anticonformisme.

« La société ayant renoncé à me transformer, à me déguiser, pour lui ressembler, les gens qui me voient passer dans la rue, me traitent de "pédé" », chantait Michel Polnareff dans Je suis un homme en 1970, quand il hérissait le poil de la France de Pompidou.

Propos haineux

Après avoir été désigné pour représenter la France à l'Eurovision, Bilal Hassani déclarait que « c’est la meilleure réponse aux haters, à toutes les personnes qui m’ont dit que je n’avais pas une place dans l’industrie musicale française, qui m’ont dit "T’est un mec, t’as une perruque, ça va pas marcher" ou "Tu ne sais pas chanter". »

Le jeune artiste de 19 ans est la cible de nombreux propos haineux. Fin janvier, il a porté plainte suite à une violente campagne homophobe en ligne.