Eurovision 2019: Suspense, Bilal et Madonna... Pourquoi il ne faut pas manquer la finale

ET C'EST PARTI POUR LE SHOW Ce samedi, 26 pays sont en lice pour la finale de l'Eurovision

Fabien Randanne

— 

Lizzy Howell et Bilal Hassani lors des répétitions de la finale de l'Eurovision, le 17 mai 2019.
Lizzy Howell et Bilal Hassani lors des répétitions de la finale de l'Eurovision, le 17 mai 2019. — Sebastian Scheiner/AP/SIPA
  • La finale de l’Eurovision sera retransmise ce samedi, dès 21h, en direct sur France 2.
  • Du fun, de l’émotion et, on l’espère, de belles surprises, rythmeront l’événement qui se déroule à Tel-Aviv (Israël)
  • En plus des vingt-six candidats en lice, d’autres artistes chanteront sur scène, dont Madonna.

De notre envoyé spécial à Tel-Aviv (Israël)

Dans la nuit de dimanche à lundi, des millions d’yeux seront rivés sur Westeros pour découvrir enfin qui prendra place sur le trône de fer. Et ce samedi, autant de regards seront tournés vers Tel-Aviv (Israël) où sera sacré le vainqueur de l’Eurovision 2019. Dans les deux cas, il y aura du suspense, de la tension, du grand spectacle, des visuels épiques et des émotions en pagaille. Mais contrairement à la série de HBO, vous pourrez agir sur le dénouement du concours musical en votant pour les artistes que vous aurez préféré. Si vous avez raté les épisodes précédents, voici ce qui vous attend ce samedi, dès 21h, sur France 2.

Michaela, la chanteuse Maltaise ouvrira la compétition avec Chameleon. Un titre qui colle parfaitement au programme de cette soirée qui va passer par toutes les couleurs vocales. Il faudra particulièrement suivre le candidat néerlandais, Duncan Laurence, le douzième à passer sur scène. Les bookmakers estimaient ce vendredi à 47 % ses chances de victoires. Ce qui est énorme.

La victoire d’un outsider ?

Mais de l’avis de certains dans la bulle Eurovision à Tel-Aviv, il est surcoté. Sa ballade, Arcade, a beau être pleine de qualité, d’autres candidats ont tout le package pour s’imposer également. On aimerait que le décompte des points soit plus épique qu’attendu, le Suédois John Lundvik, l’Australienne Kate Miller Heidke et les Islandais de Hatari ayant eux aussi un profil de gagnants.

Evidemment, on croise les doigts pour Bilal Hassani qui défendra les chances françaises en vingt et unième position, entre Chingiz et Mahmood, ses homologues de l’Azerbaïdjan et de l’Italie. Cela faisait longtemps que la France n’avait pas proposé une mise en scène aussi ambitieuse sur la scène du concours. Ou plutôt : la France n’a jamais proposé une mise en scène aussi réfléchie et dense. Si, il y a encore dix jours, la chanson Roi n’était pas vraiment dans le radar des observateurs de l’Eurovision, il est indéniable que la scénographie la révèle sous un autre jour, avec davantage d’éclat.

Le chanteur français sera accompagné sur scène de deux danseuses, l’une en surpoids, l’autre sourde, pour passer un message universel d’acceptation de soi qui résonne avec le slogan de cette édition : Dare to Dream (« Osez rêver »). Bilal Hassani est, depuis jeudi soir, prié de ne plus parler pour économiser sa voix (il a annulé toutes ses interviews prévues ce soir là) mais restons optimistes et osons rêver qu’il se fasse une place dans le Top 10.

L’Eurovision ne serait pas l’Eurovision sans ces performances jonglant avec le bon et le mauvais goût, entraînant le divertissement dans les sphères du too much. Cette année, l’Australienne fera sa part, juchée sur une espèce de tige flexible qui l’enverra valser dans l’espace. On vous laisse juger si l’ensemble est davantage sensiblement poétique, qu’irrésistiblement absurde.

La Norvège passera en quinzième position avec son Spirit in The Sky, une incantation dance versant dans le schlager, pleine de bonne humeur. Mais le vrai plaisir coupable sera offert par Sehrat. Ce dernier, bien connu en Turquie où il a notamment animé le Jeopardy, représente Saint-Marin. Et il a été le premier surpris de sa qualification en finale. Il chante Say Na Na Na, dont il a écrit les paroles en cinq minutes – ce qui s’entend.

Du nouveau dans vos playlists

Vous aurez aussi l’occasion de piocher parmi les vingt-six chansons en lice de nouvelles entrées pour vos playlists. Les amateurs de morceaux clivants apprécieront sûrement le duo slovène ou le rouleau compresseur electronicore islandais. Ceux qui veulent anticiper sur les rythmes parfaits pour danser cet été ajouteront les chansons maltaise, chypriote, suisse et espagnole à leur sélection… Ceux qui ne jurent que par les chanteuses à voix auront de quoi faire avec les représentantes albanaise, macédonienne, grecque et serbe.

On en oublierait presque que Madonna sera de la partie le temps de deux titres qu’elle chantera avant l’annonce des résultats : son tube Like a Prayer et son nouveau single, sorti ce vendredi, Future. Netta Barzilai qui a remporté l’Eurovision l’an passé sera évidemment au rendez-vous pour remettre le trophée, et elle interprétera sa nouvelle chanson Nana Banana.

D’anciens candidats emblématiques, Conchita Wurst et Måns Zelmerlöw (gagnants en 2014 et 2015) ainsi que Verka Serduchka et Eleni Foureira (2e des éditions 2007 et 2018) s’amuseront à reprendre les chansons les uns des autres. Le résultat n’est pas forcément le plus heureux mais c’est fun (et de toutes façons, il y a des chances pour que les présentateurs français Stéphane Bern et André Manoukian parlent pendant ces séquences).

Bref, ce samedi, il y aura à boire et à manger. Comme chez les téléspectateurs qui seront sans doute réunis entre amis ou en famille pour profiter du spectacle. Et comme à 20 Minutes où on vous fera vivre la compétition en live. Tenez-vous prêts !