Eurovision 2019: Le chanteur des Pays-Bas, grand favori, «garde les pieds sur terre»

INTERVIEW Duncan Laurence, le candidat néerlandais, participe à la deuxième demi-finale de l’Eurovision ce jeudi et est le grand favori pour s’imposer. «20 Minutes» l’a interviewé en avril à Londres

Propos recueillis par Fabien Randanne

— 

Le candidat néerlandais Duncan Laurence, le 6 mai 2019 avant son départ pour l'Eurovision de Tel-Aviv (Israël).
Le candidat néerlandais Duncan Laurence, le 6 mai 2019 avant son départ pour l'Eurovision de Tel-Aviv (Israël). — Sander Koning / ANP / AFP
  • Duncan Laurence représente les Pays-Bas à l’Eurovision 2019 qui se déroule à Tel-Aviv (Israël).
  • Le chanteur est le grand favori pour remporter sa demi-finale, ce jeudi soir, et la finale de samedi.
  • « Je le prends comme un compliment », a avancé le chanteur à « 20 Minutes » qui l’a interviewé à Londres le mois dernier.

Au premier abord, Duncan Laurence donne l’impression d’être un garçon timide, d’une grande douceur, semblant trouver son aise dans la discrétion. Une fois sur scène, sa sensibilité à fleur de peau lui donne toute sa force et le dote d’un réel charisme. Le chanteur néerlandais a tout d’une force tranquille. Ce jeudi soir, il sera en lice de la deuxième demi-finale de l’Eurovision, diffusée dès 21h sur France 4. Avec sa chanson, Arcade, il devrait se qualifier sans aucun mal pour la finale de samedi soir où un triomphe lui tend les bras.

S’il gagnait, il ramènerait le trophée aux Pays-Bas qui n’ont plus remporté le concours depuis 1974. Les bookmakers estiment ce jeudi après-midi ses chances de victoire à 38 % ! De quoi donner le tournis, mais Duncan Laurence garde la tête froide. En avril, 20 Minutes avait rencontré l’artiste à la London Eurovision Party et en avait profité pour l’interviewer.

Vous êtes depuis plusieurs semaines le grand favori des bookmakers pour l’Eurovision, ça vous fait quoi ?

C’est dingue. C’est un grand compliment parce que Arcade est littéralement la toute première chanson que j’ai sortie en tant qu’artiste. Alors être accueilli ainsi, c’est fou. Je le prends vraiment comme un compliment et en même temps, je sais que tout peut arriver. Même durant ma performance sur scène. C’est pour ça que je suis honoré mais je garde les pieds sur terre.

Cela vous met la pression ?

Avec une telle attente, il y a forcément une pression, mais elle est positive, parce que les gens m’encouragent pour que je gagne. Je suis excité et enthousiaste.

De quoi parle « Arcade » ?

C’est une chanson inspirée par quelqu’un que j’ai perdu quand j’étais plus jeune. Elle était très amoureuse d’un garçon avec lequel elle avait rompu. Elle a toujours espéré qu’il reviendrait. Mais il ne l’a jamais fait. Jusqu’au jour où elle est morte, il n’est jamais revenu. C’est donc une histoire tragique. Je l’ai toujours en tête. Arcade part donc d’une expérience très personnelle, mais elle parle aussi de perdre un rêve, une occasion, ou quoi que ce soit que l’on puisse perdre et de tenir le coup malgré tout.