«Gilets jaunes», Blanche Gardin et «La machine de Turing»… Revivez la 31e cérémonie des Molières

THEÂTRE La cérémonie des Molières, qui décerne les prix les plus prestigieux du théâtre français, se tenait lundi soir. L’humoriste Blanche Gardin et la pièce de théâtre La Machine de Turing ont été distinguées. Les « gilets jaunes » se sont aussi invités

20 Minutes avec AFP

— 

L'humoriste Blanche Gardin à la 21e cérémonie des Molieres le 13 mai 2019.
L'humoriste Blanche Gardin à la 21e cérémonie des Molieres le 13 mai 2019. — AFP

Un coup d’éclat, puis un éclat de rire. Les Molières du théâtre français ont de nouveau récompensé lundi l'humoriste Blanche Gardin au cours d’une soirée brièvement perturbée par l’irruption d’intermittents « gilets jaunes » qui ont dénoncé les coupes budgétaires pour la culture sous les yeux du ministre.

La soirée, qui décerne les prix les plus prestigieux du théâtre français, s’est déroulée lundi soir aux Folies Bergère, à Paris, avant d’être diffusée en différé en deuxième partie de soirée sur France 2. Une diffusion toutefois privée de la séquence surprise « gilets jaunes » au nom de la « maîtrise de l’antenne », a précisé la chaîne publique.

Des gilets jaunes passés par les toits

Le président de la Nuit des Molières, Jean-Marc Dumontet, proche d’Emmanuel Macron, a affirmé que ces « gilets jaunes » s’étaient introduits « par les toits ».

« Généralement, c’étaient les intermittents, on s’est dit pour Franck Riester, qu’est ce qu’on peut faire, on a dit intermittents et gilets. C’était votre baptême », a plaisanté l’influent directeur de théâtres parisiens à l’adresse du ministre de la Culture.

Faisant irruption des coulisses en début de cérémonie, les « gilets jaunes » ont interrompu le maître de cérémonie Alex Vizorek. « Le Molière du déshonneur incontestablement et à l’unanimité du jury, il revient à monsieur Macron et son gouvernement. Monsieur Franck Riester, nous vous remettons le Molière du déshonneur parce que vous participez à cette grande fête et en même temps, vous coupez partout dans le budget de la culture », a déclaré un des manifestants, en tenant une statuette de Molière arborant une écharpe jaune.

« Techniciennes, techniciens et artistes présents ce soir, ne nous regardez pas, rejoignez-nous », a lancé une autre manifestante. Ces « gilets jaunes », qui portaient une banderole sur laquelle était écrit « droits au chômage pour tout.es », sont sortis en traversant la salle et en scandant des slogans hostiles au président Macron.

Blanche Gardin, l’autre star de la soirée

Début mai, des comédiennes comme Juliette Binoche ou Emmanuelle Béart, des écrivains comme Edouard Louis ou Annie Ernaux ainsi que 1.400 autres acteurs du monde de la culture ont apporté dans une tribune leur soutien au mouvement des « gilets jaunes ». Dans la salle, des applaudissements -- et aussi des sifflets-- ont fusé à plusieurs reprises pendant cette interruption, et l’humoriste Blanche Gardin notamment s’est levée pour les applaudir.

Plus tard dans la soirée, c’est la comédienne qui est devenue l’autre star de la soirée, en raflant le Molière de l’humour pour la deuxième année consécutive, pour son spectacle « Bonne nuit Blanche ». En 2018, elle avait été la première à remporter ce trophée dans une catégorie généralement dominée par les hommes. Mais pour cette édition, cette catégorie comptait quatre femmes et aucun humoriste homme. « Dans cette période sinistre, l’humour relève plus de la médecine d’urgence que du divertissement », a-t-elle lancé.

Quatre nominations pour La machine de Turing

Côté pièce de théâtre, c’est le triomphe de La machine de Turing, inspirée de la vie du mathématicien britannique qui a brisé le code secret de l’Enigma allemande pendant la Seconde Guerre mondiale. La pièce a remporté ses quatre nominations : meilleur spectacle dans le théâtre privé, meilleur comédien dans le privé pour Benoît Solès, qui remporte également le Molière de l’auteur francophone vivant, et meilleur metteur en scène dans le privé pour Tristan Petitgirard.

La pièce rivale, Le Canard à l'orange -- célèbre pièce de boulevard de William Douglas Home sur un mari à la fois volage et cocu, remontée par Nicolas Briançon -- a essuyé plusieurs déceptions, ne décrochant finalement qu’un trophée sur sept nominations (meilleur comédien dans un second rôle).

Dans le théâtre public, La Nuit des Rois de Shakespeare, mise en scène par l’Allemand Thomas Ostermeier qui avait secoué la Comédie-Française avec une version déjantée, a remporté le Molière de la meilleure pièce.

Marina Foïs remporte le Molière de la meilleure comédienne dans le théâtre public pour son interprétation dans Les Idoles, hommage de Christophe Honoré à ses « idoles » morts du sida.