Europe 1: Arnaud Lagardère de nouveau interpellé par les salariés

FRONDE En avril, une motion de défiance dénonçait une « absence criante de stratégie » face à l’effondrement des audiences

L.B. avec AFP

— 

Illustration Europe 1.
Illustration Europe 1. — SOLAL/SIPA

Bientôt une grève chez Europe 1 ? Les salariés de la radio ont adressé une lettre ouverte au PDG de la station Arnaud Lagardère, déjà visé par une motion de défiance en avril, dénonçant de nouveau son « absence criante de stratégie » face à l’effondrement des audiences.

Les derniers chiffres d’audience de Médiamétrie, publiés en avril, ont montré une nouvelle chute d’Europe 1, dont l’audience cumulée, en baisse de 0,9 point à 5,9 %, est tombée à un nouveau plus bas, avec un million et demi d’auditeurs perdus en cinq ans.

Une motion de défiance le 18 avril

Une situation alarmante qui avait poussé les salariés de la station à adopter une motion de défiance le 18 avril, dans laquelle ils dénonçaient une « non-stratégie » de la part d’Arnaud Lagardère, le dirigeant du groupe Lagardère, maison mère d’Europe 1. Il y a deux ans, Arnaud Lagardère avait décidé de devenir PDG de la station.

Depuis, plusieurs changements de direction sont intervenus à la tête de la radio généraliste et de nombreux changements ont été effectués dans sa grille, sans stopper l’hémorragie des auditeurs. Dans leur lettre ouverte qui a été adoptée ce jeudi lors d’une assemblée générale (avec 81 voix pour et 1 voix contre), les salariés ont regretté que leur PDG ne leur ait pas encore répondu, et lui demandent de venir les rencontrer, dans les locaux de la station.

« Cette situation nous est insupportable »

« Nous avons voulu vous faire savoir que cette situation nous est insupportable, que l’absence criante de stratégie depuis 5 ans en est la cause, que le fait pour le groupe Lagardère de maintenir à flot financièrement l’entreprise depuis 3 ans est une condition certes nécessaire pour lui permettre de fonctionner, mais pas suffisante pour la relancer », résument-ils, dans cette lettre publiée à la veille de l’Assemblée générale annuelle des actionnaires du groupe Lagardère.