Anémone, le 10 février 2004.
Anémone, le 10 février 2004. — FRANCOIS GUILLOT / AFP

DISPARITION

VIDEO. Décès d’Anémone: Christian Clavier, Josiane Balasko, Franck Riester… Ils rendent hommage à l’actrice

La troupe du Splendid a perdu l’une de ses membres, décédée ce mardi des suites d’une longue maladie, à l’âge de 68 ans

Elle était l’inoubliable Thérèse (Le Père Noël est une ordure), la sensible Marcelle (Le Grand chemin), la mère courage Mélanie (Le Petit Prince a dit) ou encore la vieille tante Bertille (La Monnaie de leur pièce). L’actrice Anne Bourguignon, dite Anémone, « s’est éteinte au petit matin du 30 avril des suites d’une longue maladie », à l'âge de 68 ans, a annoncé son agent Elisabeth Tanner. Avec sa disparition, c’est la troupe du Slendid qui pleure l’une de ses figures.

« Je garde le souvenir d’une grande actrice avec qui nous avons partagé de grands moments de jeux et des fous rires exceptionnels », a réagi Christian Clavier auprès de l’AFP, disant sa « grande tristesse ». « Je ne savais pas qu’elle était malade, mais Anémone n’était pas quelqu’un qui se répandait sur sa vie privée », a confié Josiane Balasko, qui évoque une « excentrique du cinéma », « une grande actrice, qui au fond a peu tourné ».

« Adieu mon amie »

Invité sur RTL, le comédien Michel Blanc a fait part de sa tristesse. « Elle a fait des choses magnifiques après [Le Père Noël est une ordure], elle a fait Le Grand Chemin », se souvient-il. « Elle avait cette puissance comique, en même temps elle était très belle, très séduisante et très folle, elle a toujours été très folle. Elle avait une imagination absolument débordante, elle était tout sauf rationnelle, sauf routinière. »

« Elle était largement fêlée… C'est les grands fêlés qui s’en vont… Elle était fêlée, mais c’est un compliment parce qu’elle était ailleurs, elle était barrée mais c’est pour ça qu’on l’aimait, parce qu’elle était hors norme », a déclaré de son côté, le réalisateur Patrice Leconte, qui l’a dirigée dans Ma femme s’appelle reviens, au micro de RTL. Thierry Lhermitte s’est dit « bouleversé ». « Adieu mon amie », a-t-il écrit sur son compte twitter.

« Avec sa gouaille, son franc-parler, elle nous a tant fait rire », a dit la présidente du Centre national du cinéma (CNC) Frédérique Bredin. « Elle avait un caractère bien trempé et un humour corrosif qui impressionnaient », selon Jack Lang.

« "J’ai rien compris à votre scénario mais j’adore votre bd, la vie secrète des jeunes dans Charlie, alors, bon…" C’est par ces mots qu’Anémone m’a dit qu’elle acceptait le rôle de la dictatrice dans mon film Jacky au royaume des filles. Bye bye Anne tu étais parfaite ! », lui a rendu hommage, sur Twitter, l’auteur Riad Sattouf.

Un esprit libre

Laurent Ruquier est triste de voir partir « une drôle et très grande actrice ». Bernard Montiel a appris la nouvelle par le fils de la comédienne : « Maman est partie… mon amie ANÉMONE, notre merveilleuse actrice nationale est partie ». Il adresse des pensées aux deux enfants de l’actrice, Lili et Jacob et à sa famille

C’est sur le plateau de l’émission Quotidien que les acteurs François Cluzet et Marion Cotillard ont appris le décès d’Anémone. « Elle me touchait beaucoup, c’était une immense actrice mais elle était triste d’être isolée. Ça fait beaucoup de peine », s’est exprimé ému le comédien qui lui a donné la réplique dans Enfants de salaud en 1996. « Ce qui m’a toujours marqué chez elle c’est qu’elle avait cette liberté de toujours mener sa vie et sa carrière comme elle l’entendait », confie l’actrice oscarisée.

Citoyenne engagée

La comédienne et scénariste a remporté en 1998 le César de la meilleure actrice pour son rôle dans le film dramatique Le Grand Chemin. Ses autres passions étaient la lecture et l’environnement. Elle disait avoir été sensibilisée par son frère, l’agronome Claude Bourguignon.

Elle a été la porte-parole de l’association alter-mondialiste Attac en 2002 et avait brièvement soutenu Jean-Luc Mélenchon. C’était « une citoyenne engagée pour la justice sociale, pour l’écologie », a tweeté le député LFI Alexis Corbière.

« Le café-théâtre lui avait donné son goût immodéré pour la scène et pour le public. Au cinéma, au fil de ses rôles, Anémone amusait autant qu’elle émouvait. Son franc-parler et sa liberté vont nous manquer. Pensées pour sa famille et ses proches », a réagi Franck Riester, le ministre de la Culture. « J’ai grandi avec Thérèse et son gilet serpillière ! Ce soir, c’est Anémone que je pleure. Partie trop tôt, nous continuerons à la faire vivre en regardant inlassablement ses films », a tweeté la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye.