Côte d'Ivoire: Un concert de Kaaris se termine dans la violence

CHAUD Une foule surexcitée venue acclamer le rappeur a fait céder une barrière de sécurité, provoquant une réaction brutale des forces de l’ordre

20 Minutes avec AFP

— 

Kaaris lors d'un concert au Bataclan à Paris en 2014
Kaaris lors d'un concert au Bataclan à Paris en 2014 — SADAKA EDMOND/SIPA

Dans la nuit de samedi à dimanche, le rappeur franco-ivoirien Kaaris donnait un concert au Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (Femua) à Abidjan. Un concert qui a dégénéré en violences après un mouvement de foule, faisant quelques blessés légers. 

A la quatrième chanson du chanteur habillé d’un maillot orange, identique à celui de l’équipe national de football de Côte d’Ivoire, une foule surexcitée a fait céder la barrière de sécurité en face du podium, provoquant une réaction brutale des forces de l’ordre qui ont dispersés les spectateurs à coups de matraque.

10.000 personnes surchauffées

Débordés, les policiers ont fait usage de gaz lacrymogènes pour contenir un groupe de jeunes surchauffés, mettant ainsi fin au passage du rappeur qui avait attiré près de 10.000 personnes. « Les policiers sont à l’origine de ce débordement », a accusé un festivalier, venu voir son « idole » Kaaris. Il a également déploré quelques blessés. Revenu près d'une heure après l’incident, Kaaris est revenu et a exprimé sa colère à la foule et appelé au calme.

 Auparavant, la star ivoirienne, le footballeur international Didier Drogba et le leader du groupe Magic system, Salif Traoré, dit A’Salfo, promoteur du Femua sont montés sur scène pour donner un rendez-vous au public à Gagnoa, ville natale de l’ex- président ivoirien Laurent Gbagbo. « Demain soir [dimanche], on est à Gagnoa ça va être très chaud, je suis pressé d’y être. J’y suis né. J’ai beaucoup d’espoir en moi que je veux partager un peu », a déclaré Kaaris.

Interrogé sur ses relations avec Booba dont le clash incessant qui l’oppose a atteint son paroxysme l’été dernier avec leur bagarre ultra-médiatisée dans l’aéroport d’Orly, le rappeur a répondu : « il faudra que tu lui demandes quand tu le verras, car le Femua est plus important. »