Le mangaka Kazuo Koike, qui a inspiré «Kill Bill» à Tarantino, est mort

DISPARITION Le mangaka, romancier et scénariste Kazuo Koike est décédé à l’âge de 82 ans…

A.D.

— 

Le manga «Lady Snowblood», écrit par Kazuo Koike et illustré par Kazuo Kamimura, a inspiré «Kill Bill» à Tarantino.
Le manga «Lady Snowblood», écrit par Kazuo Koike et illustré par Kazuo Kamimura, a inspiré «Kill Bill» à Tarantino. — KAZUO KOIKE / KAZUO KAMIMURA / Koike Shoin Publishing Co., Ltd.

Après la mort du mangaka Kazuhiko Kato le 11 avril, un autre grand maître du manga disparaît, Kazuo Koike est décédé ce mercredi des suites d’une pneumonie à l’âge de 82 ans. Une nouvelle annoncée sur le compte Twitter du défunt.

Né en 1936, Kazuo Koike était l’un des principaux représentants du gekiga (littéralement « dessins dramatiques »), une forme du manga pour adultes, qui aborde des sujets graves et se concentre sur l’aspect dramatique et tragique du récit.

Kazuo Koike fait ses armes comme assistant pour la série Golgo 13 avant de se faire connaître, avec Goseki Kojima au dessin, avec Lone Wolf and Cub, publié dès 1970 dans le magazine Weekly Manga Action. Cette série, éditée en France chez Panini, suit un samouraï hors la loi et son jeune fils à l’époque Edo.

« Lady Snowblood », le manga culte qui a inspiré « Kill Bill » de Tarantino

Avec Kazuo Kamimura au dessin, il imagine Lady Snowblood, le manga culte qui suit la vengeance dans le Japon du XIXe siècle de Yuki (« neige » en japonais), alias Lady Snowblood. Ces aventures ont directement inspiré le diptyque Kill Bill de Quentin Tarantino.

En 1977, il fonde une école pour jeunes mangakas appelée Gekigasonjuku (« cours privé du village gekiga ») qui a formé de nombreux grands noms du manga actuel, comme Keisuke Itagaki ou Rumiko Takahashi, lauréate du Grand prix d’Angoulême 2019. Kazuo Koike a reçu lors de la Japan Expo 2008 un prix d’honneur pour l’ensemble de son œuvre.