Nice: Après trois ans de restauration, un retable de 1512 signé Louis Brea renaît

PATRIMOINE L’œuvre est désormais visible, dans des conditions très strictes, dans le musée Masséna de Nice

F.B. avec AFP

— 

Le retable est visible au musée Masséna
Le retable est visible au musée Masséna — Ville de Nice

Un long travail… de trois ans. Après une minutieuse restauration, un retable de 1512 représentant la crucifixion du Christ, l’un des chefs-d’œuvre du peintre niçois Louis Brea, est désormais visible, dans des conditions très strictes, au musée Masséna de Nice.

« Ce retable avait connu toute une série de restaurations qui ne suffisaient jamais puis on en a découvert les causes », a indiqué Robert Jourdan, conservateur régional des monuments historiques. Il avait souffert d’un chauffage trop violent et d’infiltrations d’eau.

«L'œuvre se trouvait en état de soulèvement généralisé, avec une rétraction du bois qui avait provoqué l’ouverture d’un joint et des fentes dans le bois, a précisé Danièle Amoroso, restauratrice en chef. Une enceinte climatique fermée avec des absorbeurs d’humidité a été posée au dos du tableau. »

Réintégrer un pigment d’origine

L’intervention la plus délicate a concerné le manteau de la Vierge. « Il a fallu réintégrer le pigment d’origine, l’azurite, de manière respectueuse, le but n’étant pas de repeindre l’œuvre mais de permettre une meilleure lisibilité », a indiqué la restauratrice.

La restauration pour un budget proche de 150.000 euros a été réalisée au Centre interdisciplinaire de conservation et de restauration du patrimoine de Marseille.

La Crucifixion de Brea retournera dans l’abbatiale du monastère de Cimiez à Nice où elle se trouvait auparavant, lorsque les aménagements nécessaires à sa parfaite conservation auront été réalisés, dans deux ou trois ans, a indiqué la ville.