VIDEO. Marseille: Une première en France… un artiste transforme un camion en oeuvre d’art

ART La galerie d’art ArtFive, l’artiste Erell et l’entreprise de transport SMTRT se sont associés pour transformer la remorque d’un camion en œuvre d’art roulante

Adrien Max

— 

Le camion de l'entreprise SMTRT transformé en oeuvre d'art par l'artiste Erell.
Le camion de l'entreprise SMTRT transformé en oeuvre d'art par l'artiste Erell. — Galerie Art Five
  • La galerie ArtFive avec l’artiste Erell ont transformé la remorque d’un camion de l’entreprise SMTRT en œuvre d’art roulante.
  • A travers ce projet, ces passionnés d’art souhaitent faire voyager l’œuvre à la rencontre de ceux qui n’ont pas l’habitude d’aller dans les musées.

« Amener l’art dans des lieux où il n’a pas l’habitude d’aller ». L’entreprise de transport SMTRT, la galerie ArtFive et l’artiste Erell ont lancé un projet commun pour promouvoir le street art, et faire parler de Marseille.

Tout part du projet de refonte de l’identité visuelle de la société, l’un des leaders sur le marché du transport, basé dans les Bouches-du-Rhône. « Le logo de notre entreprise familiale n’était plus vraiment au goût du jour. La galerie Artfive et l’artiste Erell se sont associés pour créer une nouvelle identité graphique, en conservant nos couleurs d’origine, le bleu et le vert. Ils ont également créé un logo, le hibou, qui est un peu l’animal totem de notre famille. Après le décès de mon grand-père, un hibou est resté chez mes parents pendant trois jours, avant de disparaître puis de réapparaître à Noël », détaille Thomas Pellegrin, le PDG.

« Leur outil de travail devient une œuvre »

Pour marquer le coup de ce changement visuel, Thomas Pellegrin, Erell et Christophe Rioli, le responsable de la galerie ArtFive, ont eu l’envie d’aller un peu plus loin et de créer un musée roulant. L’entreprise a donc mis à disposition d’Erell une toile de 13,5 mètres de long par 2,5 mètres de large : une remorque de camion.

« Je suis quelqu’un de très perfectionniste donc c’était un vrai challenge de réaliser une œuvre de cette taille. J’ai fait quelque chose qui me ressemble, avec un grand motif composé de particules, ma signature. Le plus compliqué c’était les chevauchements de couleur, ce qui a nécessité un gros travail préalable pour les contours. Ensuite, il a fallu que je repasse plusieurs fois pour que tout soit nickel », détaille l’artiste.

L'artiste Erell pendant la réalisation de l'oeuvre.
L'artiste Erell pendant la réalisation de l'oeuvre. - Art Five Galerie

Il aura fallu pas moins de 20 jours à Erell pour achever cette œuvre roulante monumentale. « J’ai été très surpris de voir à quel point son travail a intéressé les salariés de l’entreprise, confie Thomas Pellegrin. J’avais un peu peur qu’ils se disent "le patron se tape un délire". Au fina,l ils apprécient beaucoup cette mise en valeur de leur outil. Cela leur permet de voir leur travail différemment. »

« Quelqu’un qui vit au fond de la campagne pourra voir l’œuvre »

Derrière ce projet, il y a aussi la volonté pour Thomas Pellegrin et Christophe Rioli d’amener l’art au maximum. « Une personne m’a dit : "Tu sais, je n’ai jamais osé aller dans un musée parce que je n’ai jamais été sensibilisé à l’art et j’ai peur de ne pas avoir les codes". Donc amener l’art dans un milieu plutôt industriel, c’est super », se réjouit Thomas Pellegrin.

Christophe Rioli partage cette vision, avec la volonté d’amener l’art dans des endroits inhabituels pour le rendre accessible à un maximum. « Même quelqu’un qui vit au fin fond de la campagne et qui n’a pas de musée à moins de deux heures de chez lui peut profiter de l’œuvre en voyant le camion passer. Et ça permet aussi de faire parler de Marseille puisque c’est une première en France », se félicite-t-il.

L’application Smartify permet d’obtenir toutes les informations sur l’œuvre en prenant le camion en photo, un peu sur le modèle de shazam pour la musique. Thomas Pellegrin et Christophe Rioli souhaitent poursuivre l’aventure en décorant d’autres remorques très prochainement.