Toutes les questions essentielles qu'on aimerait poser à PNL... qui n'y répondront jamais

RAP A l’occasion de la sortie de leur nouvel album « Deux frères », « 20 Minutes » a préparé une interview des rappeurs des Tarterêts

Clio Weickert et Benjamin Chapon

— 

Image extraite du clip «Au DD» de PNL.
Image extraite du clip «Au DD» de PNL. — Capture d'écran YouTube
  • PNL sort son nouvel album « Deux frères » ce vendredi.
  • Il s'agit probablement de l'événement musical de l'année en France.
  • Même si le groupe n’accorde aucune interview, « 20 Minutes » s’est quand même posé des milliards de questions.

PNL, c’est un peu comme les chats. Parce qu’ils sont doux et aiment les crevettes ? Non (enfin pas sûr), mais parce qu’ils n’en font qu’à leur tête. C’est quand ils veulent, où ils veulent, et comme ils veulent. Et Deux frères, leur nouvel album qui sort ce vendredi, ne déroge pas à la règle. Pour leur retour, trois ans après Dans la légende, les rappeurs ont vu les choses en grand :   un live surréaliste de plus de 15 heures pour annoncer la sortie d’un clip, puis un clip de fou, tourné au sommet de la Tour Eiffel, pour annoncer un album. Ajoutez-y une grosse opération de com dans les rues de Paris avec des bus et des VTC à leur image, et une présence quotidienne sur leurs réseaux sociaux, et le tour est joué. Basta.

Mais le moins que l’on puisse dire, c’est que la mayo prend. En l’espace de quelques jours, la sortie de leur nouvel album est devenue un événement haletant, et a été relayée en masse par les médias français et internationaux. Le tout sans accorder une seule interview à la presse, ou presque. En 2016, le magazine américain The Fader dévoilait un long reportage auprès des deux frères, en précisant dans l’article que N.O.S et Ademo avaient rechigné à répondre aux questions du journaliste. « PNL n’ont jamais donné d’interviews complètes, à moi y compris, expliquait l’auteur. Durant notre temps ensemble, ils refusent de commenter sur leur famille ou de répondre aux questions sur leurs origines. Leur nom de famille reste un mystère. Les frères répondent aux questions les plus banales – chocolat ou vanille ? »

Si l’on n’est pas à l’abri d’une surprise, il y a fort à parier que les deux rappeurs des Tarterêts ne changeront pas de cap médiatique. Soit. Ce qui n’empêche pas de nous poser quand même un milliard de questions (logique). Voici donc l’interview de PNL que 20 Minutes aurait aimé faire, dans un monde rêvé. Au mieux, ils nous répondront plus tard (en DM ça passe aussi les mecs), au pire, ça nous soulagera, car ça fait toujours du bien de verbaliser.

On commencerait par une question bien cash puisqu’on n’a pas grand-chose à perdre :

« Est-ce pour pouvoir continuer à incarner des personnages de dealers losers que vous refusez les interviews ? »

Ensuite, LA question que les fans se posent (fan service) :

« Êtes-vous vraiment montés en haut de la Tour Eiffel pour le clip « Au DD » ? »

Dans leur dernier clip, PNL a dévoilé des images à couper le souffle (acrophobes s’abstenir), au sommet de la Tour Eiffel. Un exemple brillant d’utilisation d’un fond vert a priori, pour des images saisissantes et un degré de réalisme qui sèment le doute.

« Et d’ailleurs, ça veut dire quoi au final « Au DD » ? »

« Au détail », référence au deal mais aussi à une inscription sur un mur dans le clip ? « Deuxième degré », comme l’assène N.O.S dans la chanson ? Une ode à Didier Deschamps (référence à une parodie qui tourne sur le Web) ? Ou alors, un engagement pour le développement durable ?

On enchaîne avec la grande critique des détracteurs du groupe :

« Que répondez-vous à vos détracteurs qui vous reprochent de ne pas savoir chanter sans autotune ? »

« Gnagnagna de toute façon sans autotune PNL y sont rien ». Une critique récurrente faite aux rappeurs depuis le début, qui ont fait du vocodeur leur signature musicale.

A la moitié de l’interview, on fait redescendre la pression avec une pointe de légèreté :

« C’est quoi l’adresse de votre coiffeur ? »

Une petite tresse parfaite dans Au DD, un petit chignon dans A l’ammoniaque, les deux frères, qui font preuve d’une qualité de cheveux remarquable, cultivent le goût de l’audace capillaire. Et ces expérimentations ont eu un impact incroyable sur leurs nombreux fans, à tel point qu’on a pu parler de Style PNL.

Si on gère bien, on profite de ce petit moment de relâchement pour tirer les vers du nez des rappeurs :

« Comment parvenez-vous à garder le secret sur vos clips et opérations marketing ? »

Comment tourner un clip (même partiellement), sur la Tour Eiffel, et réussir à préserver aussi bien le secret ? Une maîtrise quasi parfaite de la com, permise grâce un entourage aussi fidèle que fiable ?

Place à la question piège :

« Êtes-vous pour l’ubérisation de la société ? »

Pour promouvoir Deux frères, N.O.S et Ademo ont monté un coup de com avec la société Uber, les usagers du service pourront ainsi découvrir l’album en exclu lors d’un trajet gratuit. On ne dit pas que tous les rappeurs sont de droite, mais tout de même, la question nous semble légitime. On aimerait aussi connaître leur position sur l’avenir du commerce de stupéfiants (qui est le sujet de pas mal de leurs chansons).

Allez, deuxième question fan service pour la route :

« De quels artistes vous sentez-vous proches ? Pourquoi ne faites-vous aucun featuring ? »

Alors que le featuring est monnaie courante dans le rap, PNL semblent se suffire à eux-mêmes.

Et si on peut gratter une petite info, on en profite.

« Envisagez-vous une vraie tournée pour cet album ? »

C’est bien beau de faire quelques dates par-ci par-là, mais une vraie tournée, c’est-à-dire vivre sur la route et privilégier une alimentation ostensiblement déséquilibrée, c’est pour quand ? Il se murmure d’ailleurs que PNL a déjà booké pas mal de festivals d’été.

Pour finir, un petit kif perso :

« Défendez-vous la cause animale ? »

Dans A l’ammoniaque, Ademo est très proche d’une hyène et d’un cheval, du coup on se posait la question.

Bien sûr, on a plein d’autres questions, sérieuses ou plus légères, mais on les garde en stock pour le jour où le groupe de rap le plus important des années 2010 se décidera enfin à sortir de son mantra QLF (Que La Famille, leur label) pour se coltiner les questions des médias, et des fans.