L'humoriste belge Alex Vizorek animera les Molières 2019

PRESENTATION L'humoriste belge Alex Vizorek sera le maître de cérémonie de la 31e édition des Molières

C.B.

— 

Alex Vizorek est une oeuvre d'art
Alex Vizorek est une oeuvre d'art — La compagnie des Indes

Décidément, l’humour règne sur les Molières. Après Blanche Gardin l’année dernière, l’humoriste belge Alex Vizorek sera le maître de cérémonie de la 31e édition où seront décernés en mai les prix les plus prestigieux du théâtre français.

La catégorie du meilleur(e) metteur(e) en scène est paritaire pour cette édition 2019, dans le public comme le privé, avec en lice quatre hommes et quatre femmes (Mélodie Mourey pour Les crapauds fous, Charlotte Rondelez pour La Ménagerie de verre, Pauline Bureau pour Mon cœur et Mathilda May pour Le Banquet).

Une soirée dédiée au théâtre sur France 2

Les Molières 2019 se tiendront le 13 mai aux Folies Bergère à Paris et seront retransmis en léger différé sur France 2. La chaîne diffusera avant, une nouvelle fiction sur Molière et par la suite une captation de la version Peter Stein de Tartuffe avec Pierre Arditi et Jacques Weber.

Dans le théâtre public, Les Idoles de Christophe Honoré sur une génération d’artistes fauchés par le sida est en compétition pour le Molière de la meilleure pièce face à La Nuit des Rois de Shakespeare, avec une mise en scène très déjantée de l’Allemand Thomas Ostermeier (quatre nominations).

Podalydès face à Amalric

Denis Podalydès, nommé meilleur comédien dans La nuit des Rois sera opposé à Mathieu Amalric dans La Collection de Harold Pinter mise en scène par Ludovic Lagarde. Dans la catégorie meilleur metteur en scène du public, Ostermeier fait face au Québécois Robert Lepage, dont la pièce Kanata - Episode 1 - La controverse sur les indigènes du Canada a fait couler beaucoup d’encre.

Kean, une pièce de Jean-Paul Sartre sur un comédien shakespearien adulé du XIXe siècle mise en scène par Alain Sachs (quatre nominations) et Le Banquet (trois nominations) sont en bonne position également. Le canard à l’orange, célèbre pièce de boulevard de William Douglas Home sur un mari à la fois volage et cocu, remontée par Nicolas Briançon, rafle sept nominations, dont le Molière de la comédie, du meilleur metteur en scène et du meilleur comédien et comédienne.

La machine de Turing, qui a brisé le code secret de l’Enigma allemande pendant la Seconde Guerre mondiale, est nommée dans quatre catégories dont celle du meilleur comédien pour Benoît Solès, qui a été salué pour son interprétation du mathématicien britannique. Et La dégustation (quatre nominations), une comédie romantique sur un divorcé bourru prisonnier de sa cave (Bernard Campan) qui rencontre une femme qui cherche le grand amour et s’inscrit dans un atelier de dégustation.

L’aspiration à un public plus large

Les Molières, calqués sur les César du cinéma, aspirent à atteindre un public plus large, un objectif difficilement compatible avec une diffusion en deuxième partie de soirée. La cérémonie avait été sauvée il y a quatre ans par Jean-Marc Dumontet, président de l’Académie des Molières et très influent directeur de théâtres parisiens, après une interruption de trois ans à la suite d’une défection de directeurs du théâtre privé.