20 Minutes : Actualités et infos en direct
MUSIQUEIl y a pile 50 ans la France gagnait l'Eurovision (et c'était épique)

VIDEO. Il y a 50 ans jour pour jour la France gagnait l'Eurovision (et c'était épique)

MUSIQUELe 29 mars 1969, l'Eurovision a connu un cas de figure unique de son histoire: quatre pays ont fini ex aequo à la première place
Frida Boccara sur la scène de l'Eurovision 1969.
Frida Boccara sur la scène de l'Eurovision 1969. - STF / AFP
Fabien Randanne

Fabien Randanne

Pour Serge Gainsbourg, 1969 était érotique. Du côté de l' Eurovision, elle s'est révélée épique. La quatorzième édition du concours de chansons se tenait à Madrid ( Espagne), il y a cinquante ans jour pour jour, le 29 mars. L'événement a connu une première controverse avant qu'il commence avec le refus de l'Autriche de participer en signe de protestation contre le général Franco alors au pouvoir en Espagne.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Mais le vrai pataquès est survenu à l'annonce des résultats. Cette année-là, seize pays étaient en lice. La Norvégienne Kirsti Sparboe a fini bonne dernière avec un seul petit point glané pour son Oj, oj, oj, så glad jeg skal bli. La France, représentée par Frida Boccara et son morceau Un jour, un enfant, a quant à elle fini en tête du classement, devenant le premier pays à avoir remporté quatre fois l'Eurovision.

Pas de médaille pour les auteurs et compositeurs

Mais le cocorico a été mis en sourdine par une situation incongrue, inédite et que personne n'avait envisagé : trois autres pays ont également terminé à la première place. A savoir, l'Espagne avec Salomé (Vivo Cantando), la Grande-Bretagne avec Lulu (Boom Bang-a-Bang) et les Pays-Bas avec Lenny Kuhr (De troubadour) qui ont aussi glané 18 points auprès des jurés professionnels - qui étaient à l'époque les seuls à voter.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Comme le règlement ne prévoyait pas à l'époque un tel cas de figure, il a été décidé de déclarer les quatre pays vainqueurs à égalité. Côté récompenses, les organisateurs avaient prévu quatre médailles pour primer l'inteprète mais aussi les auteurs et compositeurs de la chanson gagnante, donc chaque chanteur a pu repartir avec sa breloque (les auteurs et compositeurs ont reçu la leur quelques semaines plus tard).

Quatre pays se retirent

Si l'on pouvait s'attendre à ce que tout le monde se satisfasse de ce résultat faisant triompher la concorde et le fair play, la polémique a enflé dans les heures et jours qui ont suivi. De nombreux médias européens ont critiqué cette décision ménageant la chèvre et le chou. Le Portugal, la Finlande, la Norvège et la Suède ont purement et simplement décidé de ne pas prendre part à l'édition suivante à Amsterdam, les Pays-Bas ayant été tirés au sort pour accueillir le concours.

Un couac musico-diplomatique qui a poussé l'Union européenne de radio-télévision, qui chapeaute l'Eurovision, à revoir le règlement pour faire en sorte qu'un seul pays soit déclaré vainqueur. Il faudra attendre 1991 pour que deux pays se retrouvent ex aequo en tête du classement final. La France et la Suède ont obtenu le même nombre de points, mais, conformément aux nouvelles règles en vigeur, la Française Amina a été rétrogradée à la deuxième place au profit de son homologue scandinave Carola. Ce coup-là, pas de cocorico du tout.

Sujets liés