VIDEO. Lyon: Un immense squelette de baleine de retour devant le public au musée des Confluences

A VOIR Présentée autrefois au musée Guimet, cette pièce exceptionnelle, arrivée à Lyon en 1878, est restée de longues années loin des projecteurs

Elisa Frisullo

— 

Un squelette de baleine, acquis par le muséum d'histoire naturelle de Lyon en 1878, va de nouveau être exposé dès le 30 mars entre Rhône et Saône.
Un squelette de baleine, acquis par le muséum d'histoire naturelle de Lyon en 1878, va de nouveau être exposé dès le 30 mars entre Rhône et Saône. — E. Frisullo / 20 Minutes
  • Le musée des Confluences présente dès samedi au public un immense squelette de baleine restauré, autrefois présenté au musée Guimet.
  • Cette pièce, restée longtemps hors de la vue du public, flotte désormais au-dessus des visiteurs.

Il va de nouveau émerveiller les visiteurs dès ce week-end après des années d’absence. Le 30 et 31 mars, de nombreuses festivités sont prévues au musée des Confluences à Lyon pour célébrer le retour de la baleine. Acquis en 1878 par le directeur du muséum d’histoire naturelle de Lyon Louis Lortet, ce spécimen, échoué sur les côtes corses, avait été ramené entre Rhône et Saône. Mais en raison de sa taille imposante rendant son exposition compliquée, ce squelette de plus de 17 mètres de long et de 2,5 tonnes est resté dans les réserves du musée pendant 75 ans.

Puis, lorsque en 1954, le musée Guimet parvient enfin à lui trouver une place de choix dans sa grande salle d’exposition du boulevard des Belges, le sort s’en mêle. « En août 1955, un orage de grêle s’abat sur Lyon. La verrière du muséum s’effondre sur les collections et la pluie inonde la salle. Le musée doit être fermé le temps des travaux », raconte David Besson, conservateur du musée des Confluences.

Dans les réserves pendant 75 ans

A sa réouverture, en 1962, le public découvre enfin l’immense squelette de baleine, qui fera rêver les visiteurs pendant quarante ans, jusqu’à la fermeture définitive du musée Guimet en 2003. Rapatriée depuis dans les réserves du musée, cette pièce majestueuse a fait l’objet ces dernières années d’une restauration confiée à Aïnu, une entreprise de services muséographiques installée dans le Val-de-Marne.

« Les pièces ont été reprises, consolidées et nettoyées. Une patine a été réalisée pour harmoniser les restaurations anciennes et nouvelles », précise le musée des Confluences, où le squelette de Rorqual commun flotte désormais au-dessus des visiteurs. Une présentation en apesanteur, rarissime dans les musées pour une pièce de cette taille, qui a été imaginée pour donner l’impression de voir la baleine nager.

Déjà considérée comme une espèce rare à la fin du XIXe siècle, cette espèce de baleine existe toujours. Mais en petit nombre. « On estime que 70.000 cétacés de ce type peuplent nos océans », ajoute David Besson. Pour fêter son retour devant le public, plusieurs animations gratuites sont proposées tout le week-end aux enfants et aux adultes. Au programme, notamment, des ateliers, des danses, des histoires de la mer et un accès libre à la baleine dont l’histoire sera racontée par des médiateurs du musée…