VIDEO. Charles Aznavour, pro du roller et fan de peluches? Les étonnantes révélations d'une exposition

CULTURE Quelques mois après la mort de Charles Aznavour dans les Bouches-du-Rhône, le château de La Buzine à Marseille consacre une exposition au chanteur

Mathilde Ceilles

— 

Charles Aznavour. (Illustration)
Charles Aznavour. (Illustration) — Damian Dovarganes/AP/SIPA
  • A Marseille, une exposition autour de Charles Aznavour a été montée avec l’aide de la famille, à partir d’objets personnels.
  • Cette exposition démontre de nouvelles facettes du chanteur, comme son habileté à faire du roller ou sa passion pour les peluches !

L’histoire raconte que Charles Aznavour aurait lancé l’idée lui-même comme une boutade, en visitant l’exposition consacrée à Jean-Paul Belmondo au château de La Buzine à Marseille il y a quelques années. « Et pourquoi pas moi », aurait-il plaisanté dans les couloirs de cet ancien « château de ma mère » si cher à Marcel Pagnol que l’écrivain en avait fait l’acquisition.

« Quelques mois plus tard, on a déjeuné ensemble, et c’est là que je lui ai proposé de venir au château pour une exposition qui lui serait consacré, rapporte Valérie Fédèle, directrice générale de La Buzine et commissaire de cette exposition. L’idée lui avait séduit parce qu’il adore Pagnol, dont il a une profonde admiration. Il avait donc donné son accord de son vivant. Malheureusement, quelques mois après, il est parti. »

Ce mardi s’ouvre à Marseille la première exposition consacrée à Charles Aznavour, depuis la mort du chanteur à quelques kilomètres de là, en octobre 2018. L’occasion de découvrir à travers de nombreux objets personnels une facette méconnue de la superstar aux passions étonnantes.

Un as du patin à roulettes

La photo, issue des archives personnelles du chanteur, trône en bonne place au milieu de la pièce. On y voit Charles Aznavour traversant la place Saint-Marc à Venise en rollers. A en croire son fils Mischa, qui a collaboré à cette exposition, l’artiste était aussi un pro de la discipline. Il l’a découverte pendant la guerre, alors que la famille du chanteur cachait des réfugiés. « Il avait l’habitude de chausser ses patins à roulettes et de traverser Paris sous le couvre-feu pour se débarrasser de tenues militaires ou en piquer quelque part pour que des réfugiés puissent se perdre dans la foule », raconte Mischa.

Un fada des peluches

L’exposition reproduit le bureau de Charles Aznavour tel qu’il était dans sa propriété de Mouriès, dans les Bouches-du-Rhône. Au pied de la table où il réalisait ses arrangements trône… un chien en peluche mécanique, qui aboie quand on passe devant lui (!). « Cette peluche a été offerte par sa sœur, rapporte Valérie Fédèle. Charles affectionnait tout particulièrement les peluches, dont il faisait la collection. »

Un producteur d’huile d’olive

A côté des boules de pétanque gravées Charles Aznavour et de son chapeau, on trouve… des bouteilles d’huile d’olive au nom du chanteur. L’artiste était également oléiculteur sur sa propriété provençale. « Charles Aznavour avait 800 oliviers sur un peu plus de 4 hectares, rapporte Valérie Fédèle. Il produisait de l’huile d’olive dont il était très fier. »

L’exposition est ouverte au public jusqu’au 31 octobre.