«Leaving Neverland»: Barbra Streisand présente ses excuses après ses propos polémiques

REMORDS La chanteuse de 76 ans a diffusé un message d’excuse samedi sur Twitter

L.B.

— 

La chanteuse et actrice Barbra Streisand
La chanteuse et actrice Barbra Streisand — WENN

« Ça ne les a pas tués », avait lâché Barbra Streisand après la diffusion du documentaire Leaving Neverland qui a relancé début mars les accusations de pédophilie à l’encontre de Michael Jackson. La chanteuse de 76 ans a diffusé un message d’excuse samedi sur Twitter.

« Je suis profondément désolée pour la peine et l’incompréhension que j’ai pu causer en ne choisissant pas mes mots plus attentivement sur Michael Jackson et ses victimes, a-t-elle écrit, parce que les mots tels qu’ils ont été publiés ne reflètent pas mes vrais sentiments. Je n’ai pas voulu dévaloriser le traumatisme de ces garçons. Comme toute victime d’agression sexuelle, ils devront vivre avec jusqu’à la fin de leur vie ».

« C’est de la faute des parents »

Interrogée par The Times vendredi, Barbra Streisand avait assuré croire « absolument » Wade Robson et James Safechuck qui racontent dans le documentaire comment Michael Jackson les aurait violés de façon répétée, lorsqu’ils étaient enfants.

Elle semble ensuite minimiser les actes de la star. « C’est un mélange de sentiments. Je me sens mal pour eux. Je me sens mal pour lui [Michael Jackson]. Je pense que c’est de la faute des parents, qui ont laissé leurs enfants dormir avec lui. Pourquoi Michael Jackson aurait-il eu besoin d’avoir avec lui ces petits enfants habillés comme lui, avec les mêmes chaussures, les mêmes chapeaux, qui dansent comme lui ? », s’est-elle interrogée avant de minimiser le traumatisme des deux garçons.

« Vous pouvez utiliser le terme d’agression sexuelle. Mais ces enfants, comme ils le disent dans le documentaire, étaient ravis d’être avec lui. Aujourd’hui, ils sont mariés et ils ont des enfants, donc ça ne les a pas tués », avait-elle conclu. Le réalisateur de Leaving Neverland n’a pas caché sa stupéfaction sur Twitter : « Ça ne les a pas tués. Barbra Streisand, avez-vous vraiment dit ça ? »