«Jaloux»: Dans sa nouvelle chanson, Bilal Hassani répond à ses détracteurs

MUSIQUE Ce vendredi, Bilal Hassani sort deux nouveaux extraits de son premier album, « Jaloux » et « Fais beleck »

F.R.

— 

Le chanteur Bilal Hassani.
Le chanteur Bilal Hassani. — Fifou

Deux singles d’un coup. Ce vendredi, Bilal Hassani dévoile deux nouveaux extraits de son premier album, Kingdom, qui sortira le 26 avril.

Dans Jaloux, le chanteur de 19 ans évoque la malveillance de ses détracteurs. « T’es pas un vrai mec, tu fais trop la meuf. (…) J’aimerais te voir mourir, tu mérites pas d’être bien. (…) J’aime pas trop ta voix, tu chantes un peu faux. Et de toute façon, si les gens t’aiment bien, c’est pas parce que t’es bon : t’as une wig [une perruque], t’es gay, fin », chante-t-il, énumérant plusieurs des reproches et méchancetés proférés à son égard.

« Qu’ils me les lancent, ces mots qui blessent, jamais je ne baisserai la tête. Je reste fort et je me répète, encaisse les coups, c’est tous des jaloux. Jamais comblés, toujours à critiquer ces jaloux », clame Bilal Hassani dans le refrain, très dansant.

« J’avais besoin d’extérioriser ça »

L’artiste a coécrit ce titre avec la chanteuse Lili Poe, à « un moment où c’était devenu super dur après Destination Eurovision parce qu’il y avait un tas de haine. J’avais besoin d’extérioriser ça », comme il l’a expliqué mardi dans sa story sur Instagram.

Fin janvier, après sa victoire dans l’émission de France 2 qui l’a désigné pour représenter la France à l’Eurovision en mai, Bilal Hassani avait fait l’objet d’une campagne de haine en ligne. Il a alors porté plainte contre X pour « injures, provocation à la haine et à la violence et menaces homophobes ».

Le deuxième single révélé ce vendredi s’intitule Fais beleck (« Fais attention »). Ce morceau co-composé avec Medeline est le premier que Bilal Hassani a écrit pour son album. Dans le texte, il s’adresse à un garçon qui n’assume pas d’avoir une relation amoureuse avec lui.

Confiance en soi

« Gars, t’es là, tu fais que m’ignorer. Toute la nuit tu ne voulais que m’aimer. (…) Tu fais le mec dur, tu joues le solide (…) Ton grand secret, tu veux pas l’avouer, moi, je vais pas rigoler, je n’ai pas le temps pour tes conneries, bébé », tance le chanteur délivrant une nouvelle fois un message de fierté et de confiance en soi.

Ces deux morceaux s’inscrivent dans le sillon de Roi, la chanson avec laquelle Bilal Hassani défendra les chances françaises en finale de l’ Eurovision le 18 mai à Tel-Aviv (Israël).