Crise des opioïdes: La National Portrait Gallery renonce à un énorme don des propriétaires des laboratoires Purdue Pharma

FINANCEMENT Le musée a refusé un million de livres (soit 1.17 millions d’euros) de la famille Sackler

C.W.

— 

Vue aérienne de la National Portrait Gallery à Londres.
Vue aérienne de la National Portrait Gallery à Londres. — High Level / Rex Featur/REX/SIPA

Comme le rapporte Courrier international, repéré sur le site Artnet, la National Portrait Gallery, un musée londonien, a refusé un don d’un million de livres (soit 1.17 millions d’euros), venant de la famille Sackler. La raison ? La famille est propriétaire des laboratoires Purdue Pharma, accusés d’être en partie responsable de la crise des opioïdes aux Etats-Unis. Une décision « historique » explique le site, et « le premier grand musée d’art qui rejette une donation des Sackler ».

Des menaces de boycott

Alors qu’aux Etats-Unis de nombreux Américains sont devenus dépendants aux médicaments dérivés de l’opium, les laboratoires Purdue Pharma sont pointés du doigt dans cette crise et feraient « face à de multiples poursuites en justice », rapporte le site. L’un de leurs médicaments, l’OxyContin, est notamment « accusé de tuer cent personnes par jour » outre-Atlantique. D’où le refus du don du National Portrait Gallery.

Comme le rapporte Courrier international, de nombreux artistes (dont la photographe Nan Goldin), auraient menacé le musée de boycott s’il acceptait l’argent. Selon The Art Newspaper, ce refus d’argent pourrait avoir des conséquences sur le monde de l’art, et sur les musées qui eux, ont accepté l’argent des Sackler ces dernières années, citant les exemples de la Tate, la National Gallery ou encore le Victoria and Albert Museum.