Rebel Wilson dans «Isn't it a comedy romantic» sur Netflix
Rebel Wilson dans «Isn't it a comedy romantic» sur Netflix — NETFLIX

ROM-COM

«Isn’t it romantic» est-il la preuve que Netflix manque fâcheusement d'inspiration?

Avec « Isn’t it romantic », « Je ne suis pas un homme facile » et « I feel pretty », Netflix semble avoir recyclé le même scénario...

  • Isn’t it romantic est disponible sur Netflix depuis le mois de février.
  • L’intrigue fait énormément penser à deux autres comédies originales de son catalogue.
  • Netflix manque-t-elle d’idées ?

Ce n’est pas parce que la plupart des comédies sentimentales ont une structure narrative commune qu’il faut décliner la même histoire à l’infini ! Netflix a mis à disposition le 28 février dernier Isn’t it romantic, avec Rebel Wilson et Liam Hemsworth en tête d’affiche.

A première vue, le film signé Todd Strauss-Schulson, n’a rien de déplaisant, il joue avec les codes des rom-com pour servir une mise en abyme sur fond de body positivisme. Natalie (Rebel) a une très mauvaise image d’elle-même, elle ne s’aime pas et elle s’est habituée à son statut de célibataire. Elle déteste d’ailleurs tout ce qui ressemble de près ou de loin à une comédie romantique et elle le fait savoir. Alors qu’elle se fait agresser dans le métro, elle prend un mauvais coup sur la tête et tombe dans les pommes. A son réveil, le monde s’est transformé en comédie romantique. Cauchemar.

Un remake du « Chant de Noël » de Dickens

Coincée dans un univers de clichés, la très cynique Natalie perd ses repères. Tandis qu’un milliardaire ultra-sexy lui fait les yeux doux, elle réalise -stupeur !- qu’elle avait manqué de lucidité. Il suffisait de tourner la tête pour trouver le véritable amour qui se cachait juste derrière elle. Isn’t it romantic se sert de ce gadget scénaristique (un univers parallèle) pour donner une leçon à son héroïne : il faut s’aimer soi-même pour aimer autrui. Jusqu’ici rien de bien méchant, rien de bien neuf non plus.

Le vrai problème réside plutôt du côté du manque d’originalité. Isn’t it romantic est un remake qui s’ignore du Chant de Noël de Charles Dickens où Ebenezer Scrooge, un vieil avare au cœur de pierre prend une leçon la veille de Noël. Trois esprits le hantent toute une nuit pour lui ouvrir les yeux. Dans la lignée du conte de Scrooge, l’histoire de Natalie est un récit initiatique où l’héroïne tire les leçons de ses erreurs. A la place des trois fantômes, un coup sur la tête, et une remise en question à la clé.

Une impression de déjà-vu chez Netflix

Ces derniers mois, Netflix semble très attaché au personnage de Scrooge. Le géant américain a recyclé la même idée dans deux autres œuvres de son catalogue. En avril dernier, Je ne suis pas un homme facile, réalisé par Eléonore Pourrait, reposait sur la même mécanique. Damien (Vincent Elbaz), un collectionneur de jolies filles, est propulsé dans une société matriarcale à la suite d’un choc (encore). Dans ce monde parallèle, les hommes sont dominés par les femmes, ils sont réifiés et ne sont pas pris au sérieux. Une sorte de pendant cinématographique de Martin, sexe faible, la web-série de Studio 4, mais encore une fois, le héros de l’histoire sort grandit de cette expérience fantastique.

En juillet, Netflix commence déjà à radoter. I feel pretty raconte l’histoire de Renee (Amy Schumer), une jeune femme mal dans sa peau qui, après une chute brutale dans une salle de fitness, se transforme complètement. Elle ne change pas d’apparence physique, mais elle prend confiance en elle. Et ça marche, tout lui réussit : elle décroche le boulot de ses rêves et rencontre l’amour. Morale de l’intrigue : il ne suffit pas d’être jolie pour avoir confiance en soi.

A croire qu’un bon coup sur la tête finit par remettre toutes nos idées en place. Pour aider Netflix dans ses futurs projets, on s’est dit qu’il restait encore une ou deux idées à décliner. Emmanuel Macron se réveille dans la peau d’un gilet jaune après une chute dans les escaliers et comprend qu’on ne trouve pas un boulot en traversant la rue.  Eric Zemmour atterrit dans un monde où toutes les femmes se prénomment Hapsatou Sy après un mauvais coup et comprend que l’insulte à la France n’est pas là où il l’imaginait…