Singapour: Un concert de metal annulé car le groupe est jugé «sataniste»

MUSIQUE Les autorités de la cité-Etat asiatique ont annulé ce jeudi le concert du groupe suédois Waitan

20 Minutes avec AFP
— 
Image d'illustration - Un membre du groupe Krisiun sur la scène du Hellfest en juin 2017.
Image d'illustration - Un membre du groupe Krisiun sur la scène du Hellfest en juin 2017. — SEBASTIEN SALOM-GOMIS/SIPA

Singapour​ a annulé ce jeudi un concert d’un groupe suédois de métal au motif qu’il serait adepte du satanisme. Dans un premier temps les régulateurs avaient autorisé les rockeurs du groupe Watain à se produire sur scène à condition qu’ils s’abstiennent d’interpréter des chansons considérées comme offensantes sur le plan religieux.

Mais après avis du ministère des Affaires intérieures de la cité-Etat, le spectacle a été annulé quelques heures avant qu’il n’ait lieu.

« Ils ont jeté du sang de porc sur le public »

Le ministère « a exprimé de sérieuses inquiétudes concernant le concert, compte tenu de l’habitude du groupe de dénigrer les religions et de promouvoir la violence, qui pourrait causer des tensions et perturber l’harmonie sociale de Singapour », a déclaré l’autorité locale chargée de réglementer l’industrie du spectacle.

« Watain est connu pour ses convictions satanistes et, lors de certains de ses spectacles, ils ont utilisé des carcasses d’animaux et jeté du sang de porc sur le public », continue le communiqué qui avance que le groupe « affiche également des vues antichrétiennes, défend le satanisme à travers ses chansons et soutient la violence ».

Pétition en ligne

Ethniquement diverse, Singapour dispose de lois sévères afin d’empêcher la répétition des émeutes raciales sanglantes qui ont touché le pays dans les années 1960.

Avant le concert, une pétition en ligne postée sur le site change.org appelait le gouvernement à interdire Watain car ils « ne représentent pas la culture que nous voulons chez nos jeunes ».

L’interdiction a suscité des réactions variées, certains internautes l’appuyant quand d’autres auraient préféré laisser le public se forger son avis.