Au Cannet, le musée Bonnard veut mettre la main sur un nu «unique et atypique» et fait appel à votre générosité

FINANCEMENT PARTICIPATIF Un crowdfunding a été lancé pour boucler le budget de 600.000 dollars nécessaire pour l'acquisition du tableau

Fabien Binacchi

— 

Nu orange, une huile sur toile peinte par Bonnard a priori en 1943 (recadré)
Nu orange, une huile sur toile peinte par Bonnard a priori en 1943 (recadré) — Musée Bonnard
  • Au Cannet, le seul musée au monde consacré à l’œuvre du peintre Pierre Bonnard lance un financement participatif.
  • Le musée veut acquérir le Nu orange, un tableau détenu actuellement par un collectionneur privé à New York.
  • Le crowdfunding vise à récolter un dixième du budget global.

« Il nous fallait un moyen de boucler le budget sans trop peser sur les finances de la commune », expose la conservatrice Véronique Serrano. Alors pour mettre la main sur le Nu orange, un tableau « atypique » du peintre Pierre Bonnard, le seul musée au monde qui lui est consacré, au Cannet (Alpes-Maritimes), vient de lancer un appel à la générosité des internautes.

Un mode opératoire de plus en plus souvent utilisé pour les centres culturels, notamment au Louvre ou encore au musée national du Sport, à Nice. L’opération lancée sur la plateforme commeon.com, et baptisée #TousPourLeNuOrange pour la faire vivre sur les réseaux sociaux, vise à récolter 50.000 euros, soit un dixième du budget total.

« Entre la figuration et l’abstraction, entre le nu et le paysage »

« Le montant de l’acquisition sera de 600.000 dollars, environ 528.000 euros. Enfin, si le cours de nos monnaies ne varie pas trop d’ici là », ironise la responsable. L’huile sur toile, un carré presque parfait de 50 cm de côté, se trouve actuellement sur les murs d’un collectionneur privé à New York. Lancé lundi soir, le financement participatif récoltait un peu plus de 3.000 euros ce jeudi matin.

« C’est une toile vraiment singulière qui a été présentée une seule fois en France il y a 20 ans. Elle est atypique et unique dans l’œuvre de Bonnard. On est entre la figuration et l’abstraction, entre le nu et le paysage », poursuit Véronique Serrano. Le tableau aux couleurs vibrantes, à la dominante orangée, présente le dernier modèle de Bonnard.

Des traces de cette toile peinte au Cannet, a priori en 1943, sont en fait déjà dans les collections du musée. « Nous avons deux dessins préparatoires de cette peinture », révèle la conservatrice. Le financement participatif est ouvert jusqu’à fin avril.