VIDEO. «Leaving Neverland»: Les chansons de Michael Jackson retirées de plusieurs radios

MEDIAS Le documentaire diffusé dimanche et lundi sur HBO relance avec force les accusations de pédophilie visant le roi de la pop

P.B. avec AFP

— 

Michael Jackson et Wade Robson enfant, dans un extrait du documentaire «Leaving Neverland».
Michael Jackson et Wade Robson enfant, dans un extrait du documentaire «Leaving Neverland». — Sundance Institute

Après R. Kelly, se dirige-t-on vers une campagne #MuteMichaelJackson ? Plusieurs importantes radios québécoises ont retiré les chansons de Michael Jackson de leur programmation suite à la diffusion aux Etats-Unis du documentaire Leaving Neverland, qui a relancé les accusations de pédophiles qui ont suivi Michael Jackson dans les années 1990-2000. Malgré les menaces juridiques du clan Jackson, le documentaire a été vendu dans plusieurs dizaines de pays et sera diffusé en France sur M6 le 21 mars.

« Nous sommes attentifs aux commentaires de nos auditeurs, et le documentaire diffusé dimanche soir a suscité des réactions », a déclaré Christine Dicaire, porte-parole de Cogeco. « Nous préférons réagir à la situation en retirant les chansons des ondes de nos stations pour le moment », a-t-elle ajouté.

Initiative similaire en Nouvelle-Zélande

Le groupe, qui contrôle 22 stations de radio au Québec et 1 en Ontario, a pris cette décision à la suite de la diffusion dimanche du documentaire « Leaving Neverland » sur la chaîne américaine HBO. Dans ce film, d’une durée de quatre heures, deux hommes témoignent des abus sexuels qu’ils auraient subis de la part du chanteur pendant des années alors qu’ils étaient mineurs. D’importantes stations de radio québécoises comme CKOI, Rythme FM et The Beat ont ainsi cessé la diffusion des chansons de Michael Jackson. D’autres radios ont fait de même en Nouvelle-Zélande.

James Safechuck, aujourd’hui âgé de 41 ans, et Wade Robson, 36 ans, accusent avec force détails Michael Jackson d’avoir abusé d’eux sexuellement pendant plusieurs années, à partir de 7 ans pour le premier et 10 pour le second. La famille du chanteur a fermement démenti et dénoncé un « lynchage public », rappelant notamment que le chorégraphe Wade Robson avait témoigné en faveur de Michael Jackson lors de son procès en 2005, assurant avoir dormi dans le lit du chanteur à maintes reprises mais niant avoir subi tout acte sexuel. Il explique son changement de version dans le documentaire : « Il (Michael Jackson) me disait que c’était de l’amour. A mes yeux, Michael était Dieu. Si j’avais remis en cause Michael et mon histoire avec lui, il aurait fallu que je remette en cause toute ma vie. »

James Safechuck et Wade Robson ont tous les deux porté plainte mais un juge les a déboutés, car les faits sont, selon lui, prescrits. Leurs avocats ont fait appel de cette décision.