VIDEO. «Captain Marvel»: Comment elle est devenue femme après avoir été (plusieurs fois) homme

COMICS La superhéroïne (bientôt) la plus célèbre de l’univers Marvel a connu un parcours éditorial hypertortueux avant de crever l’écran

Olivier Mimran

— 

Détail de la couverture du comics «Je suis Captain Marvel».
Détail de la couverture du comics «Je suis Captain Marvel». — © 2019 MARVEL
  • Avant d’adopter l’identité secrète de Carol Danvers, Captain Marvel a été plusieurs fois conjugué au masculin.
  • Le personnage a eu un parcours tortueux en comics puisque son nom a été exploité par trois éditeurs différents.

Alors que sort le premier volet des aventures cinématographiques de Captain Marvel, certains puristes crient déjà à l’usurpation : selon eux, le/la vrai(e) Captain Marvel ne serait pas la super-héroïne surpuissante des studios Marvel , mais… le Shazam des concurrents de chez DC Comics (et qui aura également droit à son propre film, en salles le 3 avril prochain) !

Polémique stérile, mais pas tout à fait infondée puisque Shazam s’est effectivement appelé Captain Marvel dans les années 1940. Un peu tordu, non ? Pour vous aider à y voir plus clair dans le tortueux parcours – en comics – de Captain Marvel, 20 Minutes se propose de vous en dévoiler la chronologie. Suivez le guide !

À l’origine était… Shazam !

En 1938, le Superman de DC Comics cartonne dans les kiosques des États-Unis. Ce plébiscite donne des idées à un petit éditeur, Fawcett Comics, qui charge le scénariste Bill Parker de créer un concurrent à l’homme d’acier… C’est ainsi que naît, un an plus tard, Captain Marvel : ce colosse également invulnérable et doté de capacités surhumaines apparaît lorsqu’il est invoqué – au cri de « Shazam ! » – par le jeune Billy Batson.

Le succès de ce comics est aussi impressionnant (le titre détient toujours le record de ventes annuelles d’un comics avec plus de 14 millions d’exemplaires vendus en 1944) que foudroyant, puisqu’il est interrompu en 1953. La raison ? DC Comics, qui a évidemment remarqué les fortes ressemblances entre Superman et Captain Marvel, a intenté un procès pour plagiat à Fawcett Comics. Lequel cesse son activité avant de faire faillite.

La procédure s’éternise jusqu’à ce que Fawcett cède finalement, en 1967, le nom de Captain Marvel à… Marvel Comics, autre grand pourvoyeur de superhéros ; et en 1972, les droits de la série à DC Comics – qui la rebaptisera donc Shazam !

Un des premiers héros « Kree »

Marvel réinvente donc le personnage (puisqu’elle n’en détient que le nom) sous la plume de Roy Thomas, qui en fait un guerrier Kree – une espèce extraterrestre technologiquement et physiquement supérieure à notre humanité – envoyé en mission sur la Terre. La série ne marchant pas trop en comic-shops, Marvel en espace la publication et permet à ses auteurs de « jouer » avec le personnage – qui connaîtra, du coup, sept « interprétations » dans sa carrière.

Mort dans la fleur de l’âge

Une des plus remarquables incarnations de Captain Marvel – en tout cas celle qui offrit un background consistant au personnage – connut, sous la plume de Jim Starlin, son heure de gloire de la fin des années 1960 à celle des années 1970… avant qu’Alex Alonso, éditeur en chef chez Marvel, chamboule le catalogue maison pour proposer plus de diversité à son lectorat. Résultat : à peine devenu crédible (et rentable), Captain Marvel meurt (d’un cancer, tu parles d’une invulnérabilité !) en 1982.

La résurrection XX to XY

C’est compliqué, hein ? Bon, allez, on vous fait grâce de quelques incarnations mineures et on passe directement à 2012, date à laquelle Carol Danvers (déjà apparue dans l’univers Marvel sous le sobriquet de Miss Marvel, désormais « interprétée » par la jeune Kamala Khan) devient LE Captain Marvel définitif. Du moins, celui… enfin, celle qui a aujourd’hui droit à son film.

D’homme, le guerrier Kree est donc devenu femme (une troisième fois, en fait, après deux tentatives éphémères en 1982 et 1993). Le plus rigolo, c’est que l’idée qui a présidé au changement de sexe du personnage est la même que celle qui l’a tué : le désir d’insuffler de la diversité dans un catalogue trop masculin.

Et comme on se rend compte que cette storyline (volontairement incomplète) n’est peut-être pas aussi efficace qu’on l’aurait souhaité, on vous a préparé une petite frise chronologique :

Alors, c’est plus clair ? À celles et ceux qui auraient répondu « Non », 20 Minutes conseille les lectures suivantes (toutes publiées par Panini Comics, l’éditeur français officiel des productions Marvel Comics) :

L’Intégrale Captain Marvel 1967-1969 (35 euros), qui dévoile les premiers pas du personnage sous la houlette de Marvel Comics ; Je suis Captain Marvel (25 euros), qui retrace, en plus de 320 pages, l’histoire du personnage, du premier Mar-Vell à Carol Danvers ; La Vie de Captain Marvel (15 euros), dans lequel Carol Danvers apprend la vérité sur son origine Kree.