Bruno Ganz dans «Les Ailes du désir».
Bruno Ganz dans «Les Ailes du désir». — NANA PRODUCTIONS/SIPA

TELEVISION

VIDEO. Pourquoi regarder «Les Ailes du désir», l'anti-«Joséphine, ange gardien»

Ce mercredi soir à 20h55, Arte rend hommage à Bruno Ganz en diffusant le film de Wim Wenders dans lequel il incarne un ange tombant amoureux d'une humaine

Arte rend hommage à Bruno Ganz ce mercredi soir. Pour célébrer l’acteur suisse décédé samedi, la chaîne franco-allemande programme à 23 heures le documentaire Bruno Ganz, un acteur européen. Auparavant, les téléspectateurs auront pu l’admirer dans Les Ailes du désir, diffusé à 20h55. Voici trois bonnes raisons de (re) voir le film du réalisateur allemand Wim Wenders sorti en 1987.


Parce que Bruno Ganz y est un ange

Bruno Ganz incarne Damiel, un ange sans âge et immortel, témoin de la vie des humains. Il ne peut que les observer, les écouter, entendre leurs pensées… mais sa condition le prive du sens de l’odorat, du goût, du toucher. Le jour où il croise Marion, une trapéziste, et en tombe amoureux, il choisit de devenir humain et donc mortel. Le film bascule alors du noir et blanc (somptueux) à la couleur. Les ailes du désir, c’est l’anti- « Joséphine, ange gardien ». Les crises existentielles ne se résolvent pas ici en un claquement de doigts et le film nous embarque par sa profondeur métaphysique et sa poésie constante.

Parce que Peter Falk ne joue pas Columbo, mais son propre rôle

Pour beaucoup de téléspectateurs, Peter Falk est indissociable de Columbo, le lieutenant qu’il a incarné dans 69 épisodes, durant trente-cinq ans. Le rôle d’une vie, comme on dit, qui a tendance à faire oublier que l’acteur américain n’a pas joué que ça. Dans sa filmographie figurent notamment Une femme sous influence de John Cassavetes (1974) mais aussi Les Ailes du désir dans lequel il joue… son propre rôle. Il n’est pas le seul à apparaître dans ce film en tant que lui-même puisque Nick Cave y interprète avec son groupe « From Her to Eternity » et « The Carny » dans une scène de concert. Le musicien australien a collaboré ensuite sur plusieurs autres films de Wim Wenders (Jusqu’au bout du monde, Si loin, si proche ! et The Soul of A Man).

Parce que Berlin est un personnage à part entière

Le titre original des Ailes du désir est Der Himmel über Berlin, « Le ciel au-dessus de Berlin »… Il a été tourné en 1986, alors que la ville était encore coupée en deux. Wim Wenders, qui a remporté le Prix de la mise en scène au Festival de Cannes 1987 pour ce film, a capté le zeitgeist, « l’esprit du temps », quelques années avant la chute du Mur et la réunification des deux Allemagnes. L’œuvre prend une dimension historique en témoignant de l’atmosphère si particulière qui émane de la capitale allemande.