«Ce soir, c'est Palmashow» sur TF1: «La chaîne n’a rien lu ni vu avant le montage définitif», confie le duo

TELEVISION Le Palmashow a eu carte blanche pour son émission spéciale que TF1 diffuse vendredi soir. « 20 Minutes » vous plonge dans les coulisses des sketches du duo

Fabien Randanne

— 

David Marsais, Grégoire Ludig et Kad Merad dans un sketch de «Ce soir, c'est Palmashow».
David Marsais, Grégoire Ludig et Kad Merad dans un sketch de «Ce soir, c'est Palmashow». — BLAGBUSTER PRODUCTION / TF1
  • « Ce soir, c’est Palmashow » est diffusé ce vendredi dès 21h sur TF1.
  • Au programme de la soirée, de nombreux sketchs dont plusieurs parodies d’émissions télévisées.
  • « 20 Minutes » a recueilli les confidences des comédiens David Marsais et Grégoire Ludig qui forment le Palmashow.

Une parodie de Patron Incognito avec un Benoît Poelvoorde en boss pas vraiment anonyme. Une vidéo de présentation du « Meilleur tripier de France » comme concept dérivé du Meilleur pâtissier. Kad Merad imitant Nikos Aliagas en présentateur de The Voice Kidou… Dans Ce soir, c’est Palmashow, diffusé ce vendredi dès 21h sur TF1, la télévision est passée à la moulinette sarcastique. Grégoire Ludig et David Marsais, les deux têtes marrantes du Palmashow, disent avoir eu carte blanche. « La chaîne n’a rien lu ni vu avant le montage définitif », assure le duo qui, il y a quelques années, a conquis le public avec leur « Folle soirée » sur C8.

20 Minutes a recueilli les confidences des deux comédiens sur la manière dont ils écrivent et abordent l’humour.

  • La télé parodiée

Ce soir c’est Palmashow s’ouvre sur une parodie de spots promos d’émissions telles que Des racines et des plumes ou La Villa des anges qui ont des secrets à Cancun

« On est hyper content de ce sketch qui était très étrange à tourner. Pendant un mois, on tournait de petites saynètes par-ci par-là. Ça durait sept secondes : "Bon, ben c’est bon on a fait la blague. Allez, on va se changer pour la suivante." C’était frustrant puisqu’on n’arrivait pas à se rendre compte de ce que ça allait rendre et finalement, on aime beaucoup. On repère les programmes qui sont extrêmement premier degré. Une parodie réussie, c’est celle qui se colle au maximum aux références en termes de costumes et de mise en scène et qui joue le décalage dans le dialogue. Il faut aussi être sincère dans le personnage. Après, l’alchimie se fait ou pas. Il y a plusieurs de nos anciens sketchs qu’on ne peut plus regarder parce qu’ils sont ratés. »

  • Les clips

Par le passé, ils ont parodié PNL ou Christine and The Queens, ce vendredi, ils se glissent dans l’univers de Vianney, Julien Doré et Aya Nakamura. Un « Top 50 » pour rire.

« On une vraie passion pour les clips. Dans chaque prime on en fait et ça devient de plus en plus compliqué pour nous parce que la musique ne se renouvelle pas tant que ça. Nanani Nanana, notre parodie du clip d’ Aya Nakamura a été longue à écrire, on a refait plusieurs fois les instrus, mais on savait que ce devrait être le numéro 1. On se disait que Djadja, c’était pas mal mais en même temps, on ne comprenait que dalle [aux paroles] (rires). C’est de la moquerie, mais de la moquerie sympa, on ne dit pas que quelque chose est nul ou pas écoutable. Pour que l’on parodie des musiques, il faut qu’il y ait un truc qui nous plaise pour qu’on s’amuse à la chanter. »

  • Le cinéma réglementé

A quoi ressembleraient les films si les cigarettes, l’alcool et les excès de vitesse étaient complètement bannis des écrans ? Le Palmashow imagine le résultat et le donne à voir dans de courtes scènes qui ponctuent l’émission. Parmi elles, une course-poursuite.

« En écrivant le sketch, on se disait que c’était génial, mais on voulait s’assurer que ce soit un beau prime. On a tourné au Lac du Salagou (Hérault), avec des mecs qui ont vraiment bossé sur Fast and Furious ou des films comme ça. Ce genre de saynètes découpées, avec beaucoup décors, on ne pouvait pas se les permettre avant. On a eu plus de moyens sur TF1 que sur C8 et on espère que ça se voit à l’image. »

  • « La solitude »

Pendant plusieurs minutes, des moments de solitude se succèdent sur une musique de jeux vidéo.

« On ne réfléchit jamais en disant "Ça, ça va buzzer". On ne sait jamais vraiment quel sketch va rester le plus dans la mémoire des téléspectateurs. Lors de la première de La folle soirée, ça a été "La solitude", ce qui nous a surpris parce qu’il s’agissait d’un sketch de quatre minutes sans paroles à la télé. Avant la diffusion, on nous avait dit que c’était risqué. »

« C’est pareil pour "Les petites victoires", qu’on a lancé dans La folle soirée 3. Tu fouilles dans ta poche pour prendre ton portable, tu tombes sur un billet de 5 euros et tu regardes la caméra. C’est ça, une "petite victoire", ce n’est pas plus compliqué. Là encore, c’est quatre minutes sans paroles, une succession de vignettes… Si la personne n’a pas zappé au bout d’une ou deux de ces courtes scènes, et qu’elle a compris le truc [c’est gagné]. »

20 secondes de contexte

Les propos de Grégoire Ludig et David Marsais ont été recueillis à l’issue d’une présentation de « Ce soir, c’est Palmashow » en décembre à Paris. Nous avons fait le choix de regrouper et synthétiser les verbatims par thème en faisant parler les deux comédiens d’une seule voix.