Face au scandale, Liam Neeson doit sauver sa carrière

CINEMA Moins d’une semaine après avoir raconté dans une interview un épisode raciste de son passé, le comédien doit gérer sa communication de crise

F.R. avec AFP

— 

Liam Neeson au Festival de Toronto (Canada) en septembre 2018.
Liam Neeson au Festival de Toronto (Canada) en septembre 2018. — Dale Wilcox/REX/Shutterstock/SIPA

Liam Neeson a fait scandale en évoquant un épisode raciste de son passé et doit maintenant sauver sa carrière. Il y a une semaine, l’acteur confiait dans une interview à The Independant avoir voulu «Tuer» un «bâtard noir». Des mots qui faisaient référence à son état d’esprit vengeur, il y a plus de quarante ans, après le viol d’une amie par un homme noir.

Lundi, le comédien britannique a présenté ses excuses à la télévision, affirmant qu’il n’était « pas raciste ». Mais il n’a pas convaincu tout le monde.

Le symbole du « privilège blanc »

L’actrice noire Whoopi Goldebrg a pris sa défense : « Les gens ont parfois la rage, ça arrive. Est-il intolérant ? Non. Je le connais depuis longtemps, je pense que je m’en serais rendu compte. J’ai été autour de gens vraiment racistes. Je peux vous dire que cet homme n’en est pas un. Vous ne pouvez pas être étonné que quelqu’un dont un être cher est attaqué soit en colère et veuille sortir se battre. »

Mais pour la réalisatrice noire Ava DuVernay, Liam Neeson est un symbole du « privilège blanc », qui incite l’opinion publique à accepter des Blancs ce que nul ne tolérerait pour un Noir.

« Ne soyez pas surpris si quelqu’un ne veut plus travailler avec vous », a réagi l’actrice Regina King, dans un entretien à The Independant.

« Les actes sont généralement plus dommageables que les déclarations, explique Joseph Caobsky, professeur à l’université de Caroline du Nord et spécialisé dans les relations publiques. Mais le cas Neeson est assez unique parce que ce qu’il a dit était lié à sa conduite. »

De l’importance de la réactivité

De l’avis de plusieurs spécialistes de la gestion de crise, l’interview télévisée donnée dès le lendemain de la polémique était un bon départ.

« Dans un monde où tout est instantané, il faut agir plus vite qu’avant », estime Ronn Torosian, fondateur de l’agence 5WPR. « Il doit continuer à s’excuser », avance-t-il, « et dire clairement qu’il a fait une erreur plutôt que d’essayer de se défendre ou de donner du contexte à ses propos. »

« Les actions portent plus que des mots, considère quant à lui Steve Jaffe, de l’agence Jaffe & Company. Il devrait rencontrer des organisations qui sont engagées dans le dialogue autour du racisme. » Cette stratégie ne peut fonctionner, précisent les spécialistes, que si elle est perçue comme sincère et non opportuniste.

Le cas Mel Gibson

A ce stade, aucun des projets en cours de Liam Neeson n’est concrètement menacé par le scandale. Sur les réseaux sociaux, plusieurs internautes ont toutefois réclamé que ses scènes du prochain Men In Black, soient retournées avec un autre acteur.

Par le passé, d’autres célébrités ont réussi à poursuivre leur carrière malgré les scandales. A ce sujet, l’exemple de Mel Gibson est fréquemment évoqué. Auteur de déclarations homophobes, racistes et antisémites, accusé de violences conjugales, l’acteur et réalisateur était considéré, en 2006, comme persona non grata à Hollywood.

Il est revenu en fanfare en 2016 et fait de nouveau partie de la grande famille de Hollywood, après une traversée du désert de dix ans.