Eurovision: Mahmood représentera l'Italie et fait déchanter Matteo Salvini

MUSIQUE Mahmood a remporté dans la nuit de samedi à dimanche la 69e édition du Festival de la chanson italienne de Sanremo

Fabien Randanne

— 

Dans la nuit du 9 au 10 février 2019, Mahmood a remporté la 69e édition du Festival de Sanremo (Italie).
Dans la nuit du 9 au 10 février 2019, Mahmood a remporté la 69e édition du Festival de Sanremo (Italie). — Ettore Ferrari/AP/SIPA
  • La 69e édition du Festival de la chanson italienne de Sanremo s’est tenue du 5 au 9 février.
  • Vingt-quatre chansons étaient en lice dans cette compétition qui a inspiré le concours Eurovision.
  • Mahmood a remporté l’édition 2019 avec son titre « Soldi ». Le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini a réagi à sa victoire en faisant savoir sur Twitter qu’il préférait un autre candidat, Ultimo.

Il représentera l’Italie à l’Eurovision. Dans la nuit de samedi à dimanche, Mahmood a remporté la 69e édition du Festival de la chanson italienne de Sanremo avec son morceau Soldi.

En s’imposant face à vingt-trois autres artistes, le chanteur de 26 ans s’est vu proposer, comme le veut la tradition, de défendre les chances transalpines lors de la finale de l’Eurovision. Une opportunité qu’il a acceptée dès la conférence de presse qui a suivi la retransmission du show sur la Rai Uno.

Son triomphe a été diversement accueilli de l’autre côté des Alpes. Dès l’annonce de sa victoire, Matteo Salvini a exprimé sa désapprobation via son compte Twitter. « Mahmood… Mais… La plus belle chanson italienne ? Moi, j’aurais choisi Ultimo, et vous, qu’est-ce que vous dites ? », a écrit le ministre de l’Intérieur italien.

Mahmood troisième des votes du public

Les résultats des votes du public semblent aller dans le sens de l’homme politique. A l’issue du second tour du vote, alors qu’il ne restait plus que trois chansons en lice, Mahmood a obtenu 14,10 % des suffrages des téléspectateurs. Il était largement devancé par le trio Il Volo (39,40 %) et Ultimo (46.50 %). Cela signifie que c’est grâce aux journalistes de la salle de presse et au jury d’experts qu’il s’est imposé. Le détail des votes n’a pas encore été publié mais, au classement final, Mahmood termine premier avec 38.90 % des voix, devant Ultimo (35,60 %) et Il Volo (25,50 %).

Du côté des enthousiastes, une réaction a particulièrement attiré l’attention en Italie, celle de l’ex-compagne de Matteo Salvini, l’animatrice Elisa Isoardi. La victoire de Mahmood est « la démonstration que la rencontre des différentes cultures génère de la beauté », a-t-elle tweeté. Difficile de ne pas voir, entre les lignes, une référence directe aux prises de position populistes du ministre de l’Intérieur.

« Je suis italien à 100 % »

Dans la semaine, Matteo Salvini avait fait savoir qu’il aurait préféré voir « davantage d’auteurs-compositeurs italiens » dans la sélection de Sanremo. « Je suis un Italien, je suis né et j’ai grandi à Milan, ma mère est sarde et mon papa égyptien. Je suis italien à 100 % », a déclaré Mahmood – Alessandro Mahmoud à l’Etat civil - en conférence de presse dimanche, pour mettre les points sur les i.

Mahmood, révélé en 2012 dans la version transalpine du télécrochet X Factor, connaît bien le Festival de Sanremo. En 2016, il a fini quatrième de la compétition « Nouvelles propositions », réservée aux talents émergents. Il s’est imposé en 2018 au concours Sanremo Giovani, qui lui a permis de décrocher son ticket pour participer au Festival de Sanremo avec sa chanson Soldi (« L’argent »).

Une institution italienne

« [Soldi] ne parle pas d’argent au sens matériel, mais de la manière dont il peut modifier les rapports au sein d’une même famille », a expliqué l’artiste. « Il est difficile de trouver sa place quand tu pers ta fierté. J’ai vite compris que ce que tu voulais de moi, c’était de l’argent, comme si j’en avais, de l’argent », chante-t-il dans le refrain de sa chanson, entre rap et pop, qu’il interprétera le 18 mai en finale de l’Eurovision à Tel Aviv (Israël).

Le Festival de Sanremo, créé en 1951, est la principale source d’inspiration du concours Eurovision de la chanson qui a vu le jour en 1956. Quelques-uns des plus grands noms de la musique italienne y ont participé : Domenico Modugno, Toto Cutugno, Eros Ramazotti, Patti Pravo… Aussi, cet événement, qui se déroule sur cinq soirées, est devenu une institution. La finale de cette 69e édition a été suivie par 10,6 millions de téléspectateurs, soit une part d’audience de 56,5 %.